73fad686906a1d0d3e7f0117c9bc42e447c9d6e8

AFFAIRE DES DEUX SŒURS TUÉES DANS UN ACCIDENT SUR L’AUTOROUTE Les présumés auteurs édifiés, le 14 juin prochain

L’accident qui avait causé la mort de deux sœurs, Marie Parsine Diop et Rokhaya Diop, le 10 février dernier, sur l’autoroute a refait surface. L’affaire a été appelée par le juge du tribunal des flagrants délits de Dakar et les présumés auteurs seront édifiés, sur leur sort, le 14 juin prochain. Le procureur a requis l’application de la loi dans toute sa rigueur.

Le procès des présumés auteurs du grave accident qui avait causé la mort de deux sœurs,  Marie Parsine Diop et Rokhaya Diop, le 10 février dernier, sur l’autoroute El Hadji Malick Sy à hauteur de l’école Mariama Niass a eu lieu, hier, au tribunal des flagrants délits de Dakar. En effet, les nommés Mamadou Coundoul, menuisier aluminium et propriétaire du véhicule non encore immatriculé et Ibrahima Ndiaye, conducteur de la camionnette Citroën ont comparu, hier, pour répondre des délits de défaut d’assurance suivi d’homicide involontaire par accident de la circulation routière, faux et usage de faux. À la barre, hier, les prévenus n’ont pas nié leur implication dans l’accident. Selon Ibrahima Ndiaye, il circulait dans le sens de l’échangeur qui mène à Dakar. Et, il était à 40 mètres du lieu de l’accident. Même tonalité chez Mamadou Coundoul qui, a déclaré effectivement être impliqué dans l’accident mortel même s’il n’est pas l’auteur. Cependant, nous renseigne Coundoul, il s’est rendu à l’Hôpital Général de Grand-Yoff (HOGGY) et au Samu Municipal aux fins d’effectuer des radiographies de contrôle et des analyses. À l’en croire, il a subi des traumatismes, surtout, au niveau de la poitrine. Attendu dans cette affaire pour faire ses réquisitions, le procureur a requis tout simplement l’application de la loi.

Le rappel des faits,  objet de la poursuite

De son côté, l’avocat du conducteur de la camionnette a plaidé pour la relaxe pur et simple. Tandis que celui de Coundoul demande le renvoi des fins de la poursuite. Selon les robes noires, ces dernières sont certes impliquées dans l’accident mais ils ne sont pas les auteurs. Toutefois, l’affaire a été mise en délibéré pour le 14 juin prochain. Pour mémoire, un grave accident s’est produit, le 10 février dernier, vers les coups de 11 heures, sur l’autoroute El Hadj Malick Sy, à hauteur des Maristes. Selon certains témoignages, un minicar de transport en commun a provoqué un accident mortel.

En effet, prenant l’autoroute, et ne voulant pas aller jusqu’au rond-point pour faire demi-tour, le mini car a subitement coupé la route dans un sens interdit, heurtant de plein fouet un véhicule Renault 19 immatriculé DK 4274… qui avait à son bord deux sœurs, un autre particulier et un scooter qui transportait une femme. La passagère avant du même véhicule a subi plusieurs fractures tandis que le conducteur également leur frère avait un bras fracturé. Des éclats de verre provenant des chocs entres les différents véhicules ont frappé la face d’un scootériste qui arrivait des lieux. Ce dernier s’est de suite projeté vers le sol alors que son engin continuait à glisser vers les véhicules. Il a été grièvement blessé. Avec les autres blessés, ils ont été évacués par les Sapeurs-pompiers vers les différentes structures sanitaires de la place. L’affaire sera donc vidée le 14 juin prochain.

Cheikh Moussa SARR

Voir aussi

Le tribunal d’Abidjan où se déroule de procès dit « des pro-Gbagbo » en Côte d’Ivoire.
REUTERS/ Thierry Gouegnon

POUR FAIRE PLAISIR À SA FEMME Mamadou Dièye roue son grand frère handicapé de coup de bâton

Mamadou Dièye est un indigne petit frère. Ce père de famille né en 1977, n’a …