Accueil / ACTUALITES / Affaire Hissène Habré : Le Parlement européen invite le Sénégal à un procès rapide et peu onéreux

Affaire Hissène Habré : Le Parlement européen invite le Sénégal à un procès rapide et peu onéreux

Le Parlement européen a invité l’Union européenne « à encourager et à appuyer le gouvernement du Sénégal dans ses efforts en vue de préparer un procès rapide et équitable d’Hissène Habré, afin qu’il réponde devant la justice d’accusations de violations massives des droits de l’Homme ». Cette invite est contenue dans le rapport annuel adopté hier, sur les « Droits de l’homme dans le monde », par le Parlement européen. L’information est donnée par M. Reed Brody, Conseiller juridique et Porte-parole de Human Rights Watch.

Source : Le Matin
Selon ce dernier qui travaille avec les victimes du régime de l’ex-dictateur tchadien, « la décision du Sénégal d’engager des poursuites contre Habré marque un tournant historique : Pour la première fois, un pays en voie de développement a accepté d’instruire une enquête sur des crimes commis à grande échelle par un dirigeant étranger « . Et de poursuivre : « Les défis sont considérables. Si le gouvernement du Sénégal présente un projet raisonnable pour instruire l’affaire Habré, les pays européens devraient le soutenir dans ses démarches ».

En outre, Human Rights Watch estime que le procès de Hissène Habré « peut être organisé à moindres frais, même en considérant la complexité de l’enquête et de l’instruction de crimes commis à grande échelle il y a plusieurs années dans un pays étranger et qui nécessite de faire venir témoigner des centaines de personnes au Sénégal ». Se faisant menaçant, cette organisation des Droits de l’homme déclare avoir alerté le Sénégal qu’il risquait de s’aliéner le soutien des donateurs potentiels, repoussant ainsi la date du procès s’il présentait un projet si onéreux. À ce propos, il faut rappeler que l’Union africaine avait elle-même rejeté l’option de juger Hissène Habré devant un nouveau tribunal, en grande partie en raison de coûts jugés excessifs.

Pour rappel, Hissène Habré a dirigé le Tchad de 1982 à 1990 jusqu’à son renversement en 1990 par l’actuel Président Idriss Déby Itno et son exil vers le Sénégal. Son régime de parti unique fut marqué par des « atrocités constantes ». En 1992, une Commission d’Enquête du Ministère Tchadien de la Justice a accusé le gouvernement Habré de 40 000 assassinats politiques et de torture systématique. Ainsi M. Habré a d’abord été inculpé au Sénégal, en 2000, avant que la justice sénégalaise ne se déclare incompétente pour le juger.

Ses victimes se sont alors tournées vers la Belgique et, après quatre années d’enquête, un juge belge a délivré un mandat d’arrêt international accusant l’ancien président tchadien de crimes contre l’humanité, crimes de guerre et d’actes de torture perpétrés durant son mandat présidentiel de 1982 à 1990. Conformément à la demande d’extradition formulée par la Belgique, les autorités sénégalaises ont arrêté Hissène Habré en novembre 2005.


À voir aussi

Les invalides de guerre assiègent le Palais

Restés 6 mois sans pension, les invalides de guerre ont assiégé hier le Palais. Ils …

Amadou Ba et Mary Teuw font la paix

Les ministres de l’Enseignement supérieur et de l’Economie, des Finances et du Plan, respectivement Mary …