Accueil / ACTUALITES / Affaire Khalifa Sall Un procès à multiples enjeux politiques

Affaire Khalifa Sall Un procès à multiples enjeux politiques

Le procès du maire de Dakar Khalifa Sall a débuté hier comme prévu. Les débats ont tout de suite achoppé sur des questions techniques, liées notamment à l’acceptation ou non de la constitution de partie civile de la mairie de Dakar.

Un vrai marathon judiciaire s’annonce car, il faudra beaucoup d’audiences pour vider un contentieux aussi important de la part d’une personnalité politique de premier plan.

C’est pourquoi, le marathon ne sera pas seulement judiciaire, il sera aussi politique. Car, à chaque audience, les hommes politiques profiteront ainsi de l’occasion pour faire des sorties contre Macky, sa gestion du pays et épiloguer sur l’état des lieux de notre démocratie. Et les réponses du camp du pouvoir ne vont pas aussi manquer dans des répliques tout aussi acerbes.

La réalité est que le procès sera ainsi l’occasion d’affrontements âpres entre avocats, entre le Procureur et les avocats, mais aussi entre hommes politiques qu’il a pu unir. Ils ont trouvé une occasion rare d’être d’accord et ils vont en profiter aussi longtemps que cela sera possible.
En effet, le procès va tirer en longueur. Les incidents d’audience ne vont pas manquer et des incidents dans l’audience, comme on a pu le constater avec cet affrontements entre magistrats et gendarmes.

Eh oui, c’est parce que selon nombre d’acteurs de ce procès, la politique a installé ses quartiers dans la Salle 4 où a lieu les audiences et que les batailles seront longues, dures. Les avocats de Khalifa Sall ne vont lésiner sur aucun moyen pour mettre des bâtons dans les roues d’une accusation qui a pris tout son temps pour détenir tous les éléments de preuve nécessaires.

Ce qui rend le procès passionnant, c’est qu’il s’agit non pas de sauver une tête, mais une carrière politique, celle du maire de Dakar.

Alors, tous les moyens sont bons, étant entendu que la défense, les proches de Khalifa et une partie de l’opinion, reste convaincus qu’une main invisible tente de barrer la route de la présidentielle à un candidat sérieux.

Il s’agit, pour eux, de se défendre contre Macky, Ousmane Tanor Dieng du Parti socialiste et tous ceux qui auraient contribué à l’arrestation du Maire parce qu’il dérange.

Une fois de plus, la Justice devra faire face à un procès politique, ne serait-ce que par ses acteurs et les effets du verdict sur la présidentielle à venir.
Car, si jamais Khalifa Sall sortait vainqueur de ce duel, la tâche sera d’autant plus rude pour le camp du pouvoir que l’Opposition trouvera ainsi le leader rêvé pour faire front commun.
Pis, le capital-sympathie ainsi engrangée risquera de faire mal.

C’est pourquoi, le verdict sera surveillé par tous les camps. Car, de lui, dépendra l’avenir politique d’un homme, l’unité de l’Opposition et sa chance maximalisée de remporter la présidentielle.

A contrario, le pouvoir, par le simple fait de la relaxe, sera ipso facto discrédité et pourrait en pâtir, politiquement parlant.
Si au contraire Khalifa est condamné et empêché de se présenter à la Présidentielle, l’opposition risque de davantage de s’engouffrer dans les méandres de la division, des mésententes alimentées par les égos personnels. Mankoo aura perdu un de ses meilleurs candidats tandis que la coalition Wattu a le sien qui est encore en exil.
C’est donc un procès à multiples enjeux politiques.

Assane Samb/Rewmi quotidien

À voir aussi

Emigration: La conséquence dramatique des lamentables politiques occidentales

La semaine dernière, la famille Ndiaye qui habite dans la zone de Cayar, célébrait les …

 GO : Aéroport AIBD : Rien ne va plus

Au début, on était gentil. On parlait d’imperfections techniques pour qualifier tous les manquements de …