Accueil / POLITIQUE / Affaire Khalifa Sall- La ville de Dakar demande au Procureur de se lever sur certains dossiers
Serigne Bassirou Gueye, Procureur de la République

Affaire Khalifa Sall- La ville de Dakar demande au Procureur de se lever sur certains dossiers

Avocat de la ville de Dakar dans l’affaire dite la caisse d’avance de la mairie de la capitale, Me Ousseynou Gaye n’a pas été magnanime avec le maître des poursuites. Invité à prendre la parole pour répliquer sur les interventions des différentes parties au procès, la robe noire a demandé au procureur de lancer des poursuites sur certains dossiers qui dorment à l’Ofnac et dans ses tiroirs.  

Lors de sa prise de parole, Me Ousseynou Gaye, avocat de la ville de Dakar, a commencé par rappeler : « nous ne pouvons jamais mesurer la conséquence que peuvent avoir les mots. M le Président Lamotte, vous avez dit que vous n’avez jamais vu une plaidoirie aussi violente en parlant de la mienne et, depuis lors, on me dit le violent. C’est la première fois qu’un juge me note après une plaidoirie », a-t-il soutenu. Et la robe noire d’enchaîner : « on nous a appris à parler devant un tribunal. Dans un procès pénal, on se donne des coups. Mais les coups ce sont les mots, on se bat en droit. Je suis partie civile, mais je n’ai pas déclenché les poursuites et en tant que partie civile, je veux juste savoir si les infractions sont constituées ou non ». Sur la constitution de partie civile de la ville de Dakar, la robe noire explique : « je veux être logique avec moi-même et avec le conseil municipal qui m’a constitué. Les comptes ont été vérifiés par tous. Si le procureur m’avait donné des gages d’impartialité parce que lors des conférences de presse, le procureur a fait le compte des dossiers qui devaient être jugés et qui ne l’ont été pour des choses que nous savons.  Vu cette démarche du parquet, je ne peux pas ne pas croire, à l’instar du Sénégalais lambda, que ce procès est politique ».

« Karim Wade et Khalifa Sall seulement ont été jugés »

Toutefois, l’avocat dit également ne pas concevoir que le parquet soit le bras armé de l’Etat pour invalider des candidatures. « On parle de bonne gouvernance alors qu’il y a un directeur qui a pris 300 millions pour faire la bamboula. Il y a des dossiers qui dorment à l’Ofnac et même Abdoulaye Wade avait décliné le nombre. Macky Sall a augmenté la liste, et pourquoi ces dossiers ne viennent pas au tribunal ? Les Sénégalais veulent les voir venir pour ne pas croire que ce procès est un procès politique », a-t-il encore dit. La robe noire a regretté le fait qu’il n’y a que Karim Wade et Khalifa qui ont comparu dans cette salle parce qu’ils ont une vision politique. « Il n’est pas bon d’avoir des rêves dans ce pays. On dit que toute vérité n’est pas bonne à dire, mais la vérité permet d’éclairer le tribunal. Vous êtes assis sur beaucoup de dossier et levez-vous sur les dossiers (le Procureur Bass se lève avec un sourire : ndlr). J’espère que demain, vous direz aux journalistes quels sont les prochains dossiers qui seront transmis au doyen des juges ». S’agissant de l’affaire Khalifa Sall, la robe noire a indiqué que la Cour des comptes a dit qu’il n’y a pas de faute disciplinaire, donc il n’y a pas de délit. Et que l’Etat du Sénégal n’a rien à avoir avec ce procès. « Les fonds qui sont en jeu sur la caisse d’avance, ce sont des fonds de la mairie. L’Etat du Sénégal ne peut pas parler de détournement. L’Etat du Sénégal ne pouvait franchir cette porte que pour venir faire du terrorisme judiciaire », a conclu l’avocat.

Cheikh Moussa SARR

À voir aussi

Podor : La Cojer dénonce la démarche «fractionniste» d’ADD

Au cours d’une Assemblée générale qui s’est tenue dans la commune de Ndioum, les jeunes …

Macky a trompé le peuple dans l’affaire Karim Wade”

Mame Adama Guèye est formel. La traque des biens mal acquis est du saupoudrage. La …