Accueil / SOCIETE / Affaire du malien interpellé à Rosso La version de la police sur l’arrestation de Mohamed AG A. M

Affaire du malien interpellé à Rosso La version de la police sur l’arrestation de Mohamed AG A. M

Dans un commniqué qui nous est parvenu, hier, la police a donné sa vérité des faits sur l’arrestation du Malien interpellé à Rosso vendredi dernier. Elle a expliqué qu’aucun lien avec des groupes jihadistes n’a encore été établi. La police est également revenue sur les circonstances de son arrestation.

L’arrestation du Malien en provenance de la Mauritanie, le 20 octobre dernier, avait défrayé la chronique. En effet, la police a sorti un communiqué, hier, pour donner sa vérité des faits. A l’en croire, les services de la Direction de la Police de l’Air et des Frontieres (DPAF) ont, dans le cadre de l’exercice de leurs missions de sécurisation des frontières, interpellé, à Rosso, le nommé Mohamed AG A. M., de nationalité malienne. Au moment de son interpellation, nous dit le communiqué, le citoyen malien ne détenait par devers lui qu’un passeport, une carte d’identité consulaire et un permis de conduire malien. Aucune arme, de quelque nature que ce soit, n’a été trouvée sur lui.

« Aucun lien avec des groupes jihadistes n’a encore été établi »

Sommairement interrogé, il a déclaré sejourner en Mauritanie depuis plus d’une dizaine d’années. Interpellé sur les motifs de son arrivée sur le territoire sénégalais, il a laissé entendre qu’il voulait juste se conformer à la législation mauritanienne qui voulait qu’il sorte du pays au bout d’un certain temps et d’y retourner avec, sur son titre de voyage (passeport), l’apposition du cahet « entrée ». Selon le communiqué, au vu de son attitude suspecte et du caractère faux  de son permis de conduire, le Malien a été transféré aux services de la Direction de la Police judiciaire, pour une enquête plus approfondie. Il faut dire qu’à ce stade de l’enquête menée par la Division des Investigations criminelles, en relation avec les autres services compétents de notre pays, sous la direction du Procureur de la République, près le Tribunal de  Grande Instance Hors Classe de Dakar,  aucun lien avec des groupes jihadistes n’a encore été établi.

Cheikh Moussa SARR

À voir aussi

L’homme retrouvé mort dans un bassin de rétention identifié

Le corps sans vie retrouvé mort mercredi dernier flottant dans le bassin de rétention aménagé …

Le Sénégal demande le licenciement du présentateur de la BBC

Le Sénégal est l’une des belles surprises de la phase de groupes de cette Coupe …