AFFAIRE NDIAGA DIOUF La Cojer exige un mandat d’amener contre Dias fils

La Cojer de Rufisque demande au juge de donner un mandat d’amener aux forces de l’ordre pour qu’elles aillent chercher Barthélémy et l’amener le 1er Décembre, au cas où il refuserait de se présenter devant la barre

Le procès du maire de Sicap Mermoz-Sacré-Cœur va-t-il se tenir sans la présence du principal accusé ? En tout cas, Barthélémy Dias a laissé entendre qu’il ne prendrait pas part à un procès sans ses prétendus commanditaires. Si tel est le cas, la Convergence des Jeunesses Républicaines (COJER) du département de Rufisque soutient que force doit rester à la loi car nous sommes dans un Etat de droit. Ainsi la Cojer de Rufisque demande-t-elle au juge de donner un mandat d’amener aux forces de l’ordre pour qu’elles aillent le (Barthélémy) chercher et l’amener le 1er Décembre, où qu’il puisse se trouver, au cas où il refuserait de se présenter devant la barre, comme ce fut le cas de Ousmane Ngom qui a été pris manu militari à Kolda pour être traduit devant le juge de la CREI. En effet, Balla Diop et Cie rappellent à Dias fils qu’il  s’agit en l’espèce d’élucider non pas l’agression de sa Mairie, mais plutôt le meurtre de Ndiaga Diouf dont il est le principal accusé. ‘’C’est lui le principal accusé qu’on a vu à la télé tirer sur des gens. En plus, il disait au moment des faits « J’ai tiré, des gens sont tombés, si vous voulez voir des morts allez à l’hôpital. C’est pour dire que de fortes et réelles présomptions de culpabilité pèsent sur lui.’’

Barthelemy persiste et signe

Barthélémy Dias ne recule pas d’un iota sur sa ferme volonté de distiller des bombes sur l’affaire Ndiaga Diouf dont le jugement est prévu jeudi le 1er décembre. En marge de la cérémonie de distribution d’enveloppes de bourses d’études aux étudiants de Mermoz-Sacré-Cœur, le maire socialiste, interpellé sur la question, promet de respecter sa parole en révélant les noms, par élément sonore, des commanditaires de cette attaque qui a coûté la vie au lutteur Ndiaga Diouf. « Je ne veux pas parler de politique aujourd’hui. Mais rassurez-vous, vous serez servis demain (mercredi) », a-t-il indiqué, coupant court à la volonté des journalistes de lui tirer les vers du nez.

C M SARR

Voir aussi

SITUATION POST-ELECTORALE EN GAMBIE La RADDHO ordonne Yayah Jammeh de « se conformer à la Charte africaine de la démocratie »

 La Rencontre africaine des droits de l’homme (RADDHO) n’est pas en reste. Elle exige Yayah …

One comment

  1. JE REVE MOI ,C’EST QUOI CE MACHIN LA (COJER) POUR PARLER AU NOM DE LA JUSTICE,J’AI TOUJOURS SOUTENU MACKY MAIS CE MACHIN A FINI DE ME DECOURAGER,DES GENS INCULTES QUI SE MELENT DE TOUT SANS RIEN CONNAITRE