Accueil / ECONOMIE / Affaire Petrotim et Kosmos: MLD soupçonne des clauses secrètes

Affaire Petrotim et Kosmos: MLD soupçonne des clauses secrètes

 La dernière sortie de Macky Sall, invitant à ne pas s’épancher sur les questions de pétrole et de gaz, ne décourage pas l’opposition. Le Président du Mouvement Tekki, Mamadou Lamine Diallo, a réservé sa Question numéro 121 au dossier des ressources naturelles : Pourquoi nous devons discuter du pétrole, du fer et de l’eau  au Sénégal ? Dans cette question, Mamadou Lamine Diallo y a ajouté un nouveau dossier, à savoir: « Comment le gouvernement de Macky Sall a-t-il dépensé les 1200 milliards d’Eurobond empruntés en  2018 ? »

 Après quelques jours semaines de répit, le député Mamadou Lamine Diallo reprend du service avec ses interpellations. Sur ce, il s’est intéressé à la gestion des ressources naturelles. Il compare ainsi l’Afrique du Sud au Sénégal. «  Le Président Thabo Mbeki d’Afrique du Sud a dirigé un groupe de travail qui a conclu qu’une partie importante des 60 milliards de dollars de flux financiers illicites qui quittent l’Afrique chaque année, provenait du secteur pétrolier et minier. Le mécanisme mis en place est assez complexe. Il y a l’expérience décrite en Afrique concernant les bateaux fantômes qui exportent le pétrole sans trace comptable dont le produit des ventes se retrouve dans les comptes des chefs politiques africains », dit-il. Et de renchérir : « C’est dire qu’il y a des clauses secrètes qui, soit  affectent des barils de pétrole ou des milliers de m3 de gaz naturel  aux chefs politiques, soit donnent pour chaque baril  ou chaque millier de m3 de gaz vendu  des dollars aux chefs politiques. Ces clauses ne figurent pas dans les contrats publiés par les gouvernements ».

D’après le parlementaire,  toute la question est de savoir si dans  le passage de Pétrotim à Timis Corporation puis à Kosmos, dans l’affaire du bloc offshore de St Louis et Kayar,  des clauses de ce genre n’ont pas été introduites, dans la mesure où l’inspection générale d’Etat a clairement indiqué que le permis d’exploration ne devait pas être donné à Petro Tim.

« M. Aly Ngouille Ndiaye a passé outre et a produit un faux rapport de présentation pour forcer la signature du décret d’attribution. Ce genre de pratique où la rente est partagée entre les firmes pétrolières et les chefs politiques africains est à l’origine de la malédiction des matières premières en Afrique. Les Etat occidentaux le savent. Ils ont inventé l’ITIE pour se dédouaner et dire aux peuples africains les montants versés aux Etats. Quid des montants versés directement aux chefs politiques africains ? En vérité, c’est la question des ressources naturelles qui appartiennent au peuple qu’on doit discuter, le pétrole, le fer et surtout l’eau, vitale pour la vie. Il en est ainsi de l’affaire SDE », déplore-t-il.

Dans cette question, Mamadou Lamine Diallo y a ajouté un nouveau dossier, à savoir : « Comment le gouvernement de Macky Sall a-t-il dépensé les 1200 milliards d’Eurobond empruntés en  2018 ? »

« Le Trésor n’a plus d’argent, façon de parler. En vérité, le gouvernement ne peut plus faire face aux dépenses engagées et ordonnancées, il accumule des arriérés intérieurs, le cancer de l’économie dans notre pays. La plupart de nos entreprises sénégalaises ont des affaires avec l’Etat. Ce sont elles qui subissent de plein fouet la crise financière du Trésor.  Beaucoup vont fermer ou licencier des travailleurs. C’est la faute à  Macky Sall qui ignore tout de la gestion macroéconomique d’un pays qui n’a pas d’influence sur les prix mondiaux (price taker) », peste le patron du Tekki. Selon lui, il a été observé que cette année 2008, le gouvernement n’est pas allé sur le marché régional de l’UEMOA pour des bons du trésor ou des obligations. « Mais, il a préféré les Eurobond. Qu’a-t-il fait de l’argent des  Eurobond en ce moment précis où le ministre des finances, acculé, passe aux aveux sur la crise financière de l’Etat », s’interroge-t-il, avant d’ajouter qu’il enverra une question écrite au gouvernement.

 

Ngoya NDIAYE

À voir aussi

Le Fongip face à un gap de plus de 275 milliards

Le Fonds de garantie des investissements prioritaires a tenu un séminaire sur la mutation institutionnelle …

Institutions de dépôt : La masse monétaire a baissé de 93 milliards

A fin septembre 2018, la situation estimée des institutions de dépôt, comparée à celle de …