Accueil / ACTUALITES / AFRICITES à Jo’Burg – L’Apr s’oppose à sa réélection – Khalifa Sall sauvé de l’apartheid – Aïda Mbodj sauve la face du Sénégal

AFRICITES à Jo’Burg – L’Apr s’oppose à sa réélection – Khalifa Sall sauvé de l’apartheid – Aïda Mbodj sauve la face du Sénégal

Des pays comme le Maroc, l’Afrique du Sud ou la Côte d’Ivoire ont voulu reconduire le maire de Dakar, Khalifa Sall, à la tête de la Cglua. Mais des maires apéristes ont voulu faire capoter l’initiative.

Au moment où le lecteur tiendra en mains cet exemplaire du journal Le Quotidien, le maire de Dakar, Khalifa Ababacar Sall, s’apprêtera à être reconduit à la tête de la «Cités et gouvernements locaux unis d’Afrique» (Cglua), l’organe dirigeant d’Africités qui réunit les dirigeants de toutes les grandes agglomérations du continent. M. Sall, dont le mandat est arrivé à expiration à l’issue d’Africités 7, qui prend fin demain à Johan­nesburg en Afrique du Sud, aura néanmoins vu sa candidature portée par le Maroc ainsi que par d’autres pays africains parmi les plus importants, comme la Côte d’Ivoire et l’Afrique du Sud, entre autres. Cependant, il a fallu une grande réunion des dirigeants des mairies sénégalaises présentes pour que cette candidature puisse être acceptée. En effet, il semble qu’à un moment, les maires estampillés Apr, donc membres du parti au pouvoir, ont nourri la volonté de faire échec à ladite candidature de Khalifa Sall.
Le motif avancé par l’un de ceux présents aura été que «la candidature à la tête de la Cglua est présentée par les pays. Or Khalifa Sall n’est pas candidat du Sénégal». Cette idée a été telle que certains maires Apr présents ont commencé à agiter l’idée de présenter une ou des candidatures dissidentes. Il a fallu une rencontre d’urgence des membres de la délégation sénégalaise pour que les esprits se calment et que la raison l’emporte.
Des personnes présentes à la rencontre signalent le rôle éminent joué par la présidente du Conseil départemental de Bambey, Aïda Mbodj, pour faire revenir certains de ses collègues à la raison. Elle leur a fait comprendre que la candidature de Khalifa Sall était portée par les plus grands contributeurs de la Cglua et que par conséquent, elle passerait même sans le soutien de la délégation sénégalaise : «Tout ce que vous gagnerez en refusant de le (Khalifa) soutenir, c’est d’afficher vos divisions et ce ne sera pas à l’honneur du Sénégal», a-t-elle affirmé à l’endroit de ses collègues, en ajoutant qu’il ne fallait pas que l’on exporte nos différends politiques à l’extérieur du pays.
Ce langage a dû convaincre les plus réticents, car il se dit qu’hier, c’est même l’ancien ministre Mor Ngom, maire de Ndangalma, qui a été l’un des plus enthousiastes à soutenir la candidature de Khalifa Sall.
Ce faux pas politicien n’a pas été le seul couac enregistré dans la participation du Sénégal au sommet Africités 7 de Johannesburg. Et il est certain qu’avec la clôture de demain, l’on en apprenne encore de plus belle.
 

le quotidien

À voir aussi

Lutte contre le changement climatique- l’Afrique lance sa plateforme à Bonn

La Journée de l’Afrique a été célébrée ce 15 novembre au cœur de la COP23 …

Conférence annuelle des chefs de parquet la question de la détention au cœur de la nouvelle politique pénale

Après quelques années d’inertie, la conférence annuelle des chefs de parquet a eu lieu, hier. …