Accueil / SANTE / Afrique de l’Ouest: L’OOAS souhaite renforcer les capacités des laboratoires

Afrique de l’Ouest: L’OOAS souhaite renforcer les capacités des laboratoires

La cérémonie d’ouverture de l’atelier des auditeurs de la CEDEAO sur le processus graduel d’amélioration des laboratoires, a eu lieu, hier, à Dakar. S’exprimant à cette occasion, le représentant au Sénégal de l’Organisation ouest africaine de la santé (OOAS), le docteur Abdourahmane Sow, a soutenu qu’il souhaite améliorer considérablement la capacité des laboratoires.

L’Organisation ouest africaine de la santé (OOAS) souhaite améliorer considérablement la capacité des laboratoires de santé publique. C’est son représentant au Sénégal, docteur Abdourahmane Sow, qui a fait l’annonce, hier, lors de la cérémonie d’ouverture de l’atelier des auditeurs de la CEDEAO sur le processus graduel d’amélioration des laboratoires. Une rencontre marquée par la présence 24 participants sélectionnés dans douze pays de la CEDEAO. Il a soutenu que : « je voudrais juste préciser que (…) l’OAAS, organisme qui gère les questions de santé sur les quinze pays de la CEDEAO, a initié cette formation dans le cadre d’un programme global pour renforcer les capacités des laboratoires de santé publique en Afrique de l’ouest ». A l’en croire, cette session de formation n’est qu’une première étape qui va se poursuivre au fur et à mesure, l’objectif étant d’avoir des laboratoires qui fournissent des résultats fiables. Ceci, dit-il, passe par un processus graduel qui commence par des auditeurs capables d’appuyer les laboratoires à mettre en place ce programme, mais également à les accompagner vers l’accréditation par un mentorat, des formations etc. Par la même occasion, le facilitateur de la formation et représentant des pays de l’UEMOA sur l’audit des laboratoires, Docteur Samba Diallo, a souligné qu’actuellement, les laboratoires sont en train de mettre en œuvre un système de management de la qualité dans les services. Pour ce faire, renseigne-t-il, l’OAAS, en partenariat avec l’Organisation mondiale de la Santé (OMS), est en train par le biais de ce programme, de permettre aux pays, d’avoir des auditeurs certifiés ASLM (Société africaine des Laboratoires de médecine qui est basée à Addis-Abeba). Il faut dire que l’objectif final visé à travers ce processus est, selon lui, de prétendre à une reconnaissance internationale appelée accréditation. « Ce qui est bénéfique pour les populations de la zone et tous les autres peuples qui résident avec nous parce que les résultats des laboratoires seront fiables, reproductifs et opportuns. Et c’est ce que le malade veut », a-t-il conclu.

 

Cheikh Moussa SARR

 

À voir aussi

La dengue arrive à Dakar

Après Fatick, Touba et Rosso Sénégal, la dengue se signale à Dakar. Selon la Rfm …

Dengue: Trois cas signalés à Saint-Louis

L’épidémie de dengue risque de se propager sur toute l’étendue du territoire. Après Touba, où …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *