People

AHMED AÏDARA A THIONG- Les dessous d’une convocation !

  • Date: 22 septembre 2016

Ahmed Aïdara, le célèbre « revueur de presse », a été convoqué hier à Thiong suite à l’intervention en direct sur Zik Fm, d’un détenu dans son émission matinale « Teuss ». Un détenu qui, dans son intervention, a fustigé leurs conditions de vie exécrables à la prison de Rebeuss et n’a pas ménagé le ministre de la Justice et le patron de l’administration pénitentiaire. Selon des sources judiciaires, l’’administration pénitentiaire s’est plaint auprès du procureur qui a actionné le commandant de la brigade de Thiong.

Dans ce qu’il est convenu d’appeler « le cas de la mutinerie de Rebeuss », il fallait s’attendre à ce que la machine judiciaire s’enclenche. Le maitre des poursuites, Serigne Bassirou Guèye, a  spontanément quitté avant-hier matin son douillet bureau pour se rendre à la Maison d’Arrêt de Rebeuss, aussitôt que la mutinerie a éclaté. Après avoir recueilli le maximum d’informations, notamment le fameux appel téléphonique de détenus à Ahmed Aïdara, dénonçant leurs conditions de détention, « non sans proférer des menaces, injures contre le ministre de la Justice, au DAP, le colonel Daouda Diop et appeler à la sédition », le Procureur de la République n’a donc pas sourcillé à distribuer des convocations. D’où celle du tonitruant Ahmed Aïdara qui, selon nos sources, est tenu de livrer aux pandores de la brigade de Dakar-Ville, des informations sur le numéro de l’appelant depuis la prison de Rebeuss, son identité, les circonstances dans lesquelles il a eu à faire la connaissance de ce ou ces détenus qui l’ont joint au téléphone, quelques minutes avant le déclenchement de la mutinerie, etc.

Bref, les gendarmes de Thionk ont été saisis aux fins  de tirer les vers du nez à Ahmed Aïdara, lequel, nous souffle-t-on, risque de se faire inculper pour « complicité à la mutinerie » connue de tous. « Vous n’êtes pas sans savoir que les communications en prison sont organisées par la loi. Pour ainsi dire qu’il est formellement interdit aux détenus de disposer d’un téléphone. Cette communication en direct  sur ZIK FM est illégale et croyez-moi, tous les complices seront démasqués. Vous savez mieux que moi qu’un détenu ne peut pas disposer d’un téléphone sans la complicité d’un surveillant de prison. Car, tout colis venant des parents des détenus est passé au peigne fin. Je veux dire par là qu’il y a des agents préposés à la censure des colis. Donc il y a forcément complicité. Mais, tout va s’éclaircir à l’issue de l’enquête ouverte ». Aux dernières nouvelles, Ahmed Aïdara, accompagné pour la circonstance de responsables de D. Médias, notamment le Directeur du groupe de presse de Bougane (Massamba Mbaye), a subi un interrogatoire sur procès-verbal au niveau de la brigade de gendarmerie de Dakar-Ville communément appelé Thionk. Mais comme dit l’adage tout est bien, qui finit bien. En effet, Ameth Aidara, dont la garde-à-vue lui a été notifiée par la gendarmerie de Thionk, va finalement aller dormir chez lui. Il a été  relâché.

Mamadou Ndiaye

Numéros Utiles

Indicatif Sénégal (de l’étranger) :

221

Renseignements :

12 12

Horloge parlante :

15

Aéroport :

33 869 50 50 / 33 628 10 10

Sénélec (dépannage) :

33 867 31 00

Sénélec (délestage BCC) :

33 839 94 35

SDE (dépannage) :

800 11 11

Sonatel (dérangement) :

13

Hotline Orange :

41 41

Commissariat Central :

33 823 25 29 / 33 823 71 49

Gendarmerie num vert :

800 20 20

SOS MEDECINS :

33 889 15 15

SUMA ASSITANCE :

33 824 24 18 / 33 824 60 30

POMPIERS :

33 823 03 50

Centre anti poison :

818 00 15 15