Aissata Tall Sall : quand de beaux ongles deviennent des griffes qui lacèrent

Aissata Tall Sall est finalement résolue à mener le combat contre le Non et contre la direction clanique et sinueuse que prend le Ps sous la direction d’Ousmane Tanor Dieng.

Jamais elle n’a été aussi d’attaque. Juriste dotée d’une éloquence avérée, femme politique intrépide, elle engage la lutte avec des arguments loin des  bas camouflets, des invectives et des avanies. Mais ses arguments, difficilement irréfutables, s’identifient finalement à ses beaux ongles limés qui se muent en griffes de féline qui lacère.

Elle refuse de s’aligner sur le choix unilatéral du Ps, ou d’une partie du Ps de voter Oui au référendum, reste constante dans son engagement. C’est pour le Ps un coup dur. Ousmane Tanor Dieng a beaucoup se montrer indifférent, il est encore atteint.

D’abord, son autorité est atrocement contestée. Ensuite, ce sont des responsables socialistes crédibles dotés d’un certain charisme qui lui font face, non en dehors du parti, mais à l’interne.

Pour ce qu’il fut, c’est une déroute et une blessure d’être remis en cause et contester avec autant d’arguments contre lesquels aucune réplique pertinente n’est apportée. En évoquant la tenue du Comité central du Ps qui devrait prendre une décision commune après analyse des réformes proposées, elle souffle un unilatéralisme qui a amené Ousmane Tanor Dieng et ses ouailles à prendre la cause du Oui.

Elle les a eus !

Domou rewmi

Voir aussi

Gambie: Yahya Jammeh s’envole à bord de l’avion d’Alpha Condé

Rfi.fr Après avoir dirigé d’une main de fer son pays pendant 22 ans, Yahya Jammeh …