téléchargement

ALBE NDOYE, MAIRE DE RUFISQUE-EST « Tout faire pour que Rufisque ne soit pas une ville fantôme »

Le Maire de Rufisque-Est, Albe Ndoye, est préoccupé par l’état de vieillesse dans laquelle pétrie la Ville de Rufisque. Ceinturée par les pôles urbains de Diamniadio et du Lac Rose qui vont faire bientôt de ces localités des villes modernes flamboyantes, Rufisque a toujours les allures d’une Cité abandonnée pour ne pas dire fantôme.
Cette préoccupation a d’ailleurs motivé la mise en place, par ses soins, de l’Alliance Nationale pour le Développement Durable (ANDD). Un mouvement citoyen créé, en mars dernier, et qui a battu campagne lors du référendum pour le « Oui » qui a d’ailleurs triomphé. Un mouvement qu’il va transformer en parti politique après s’être assuré que son ancrage au niveau national a été suffisamment réussi. Albe a travaillé à faire élire le Maire de la Ville dont il est le Premier adjoint. Il dit ne pas être du même parti politique qu’il a trouvé en lui quelqu’un qui œuvre inlassablement pour le développement de la Ville.
La preuve, il a été le seul Maire qui a réussi à parler avec tous ses homologues, ce qui n’a jamais été le cas à Rufisque. Conséquence, la mutualisation des efforts a même permis le payement des salaires des Mairies. Parlant de la décentralisation notamment de l’Acte III, Albe a identifié trois difficultés majeures qui ont été soulignées lors de la rencontre d’évaluation de cette réforme. Ainsi, il pense qu’il aurait fallu transférer les moyens en même temps que les compétences.
La seconde difficulté majeure est liée au caractère trop important de la masse salariale. Les Maires ont parfois procédé à des recrutements trop importants qui ont alourdi les charges. Une situation qui nécessite, selon lui, que l’État s’y planche pour, par exemple, prendre en charge une partie des salaires.
Le troisième obstacle identifié est le manque de maitrise de l’assiette fiscale par les Mairies. Il en découle, selon lui, une hémorragie fiscale, un manque à gagner pour ces Mairies. L’autre objet de blocage est que l’Acte III de la décentralisation, qui a dédié la patente industrielle aux villes privant certaines communes de rentrées substantielles de fonds qui devraient leur revenir.
Il plaide pour la nécessité d’une péréquation à ce niveau pour que ces masses financières bénéficient aux communes. Il déplore, d’ailleurs, le fait que la patente baisse parfois sans aucune explication. S’agissant du jumelage entre sa ville et celle de Palerme, le Maire souligne d’importants accords entrant dans le cadre de multiples échanges d’ordre culturel, économique, sportif et un appui technique portant sur l’agriculture et la pêche.
Il a notamment souligné l’esprit d’ouverture du Maire de Palerme où vivent beaucoup de Sénégalais et se sont accordés sur le fait que la question de l’immigration doit être aussi discutée au niveau communal pour trouver aux jeunes la formation et les financements appropriés afin qu’ils n’aient plus besoin d’émigrer. À ce propos, la première opération concernera la mise en place d’une usine de fabrication de glace et de conservation de poissons qui va appartenir aux pécheurs et aux mareyeurs. La Mairie de Rufisque-Est est aussi l’invité d’honneur d’un Salon de pêche international qui va se tenir à Palerme.

Khady Thiam Coly

Voir aussi

telechargement-2

PROTECTION SOCIALE “Plus de 450.000 ménages vulnérables inclus dans le Registre national unique”

Plus de 450.000 ménages vulnérables seront inclus dans le Registre national unique (RNU) de la …