Accueil / ACTUALITES / Amadou Lamine SALL, poète : Liberté de presse au Sénégal ? Regardez devant les …tribunaux

Amadou Lamine SALL, poète : Liberté de presse au Sénégal ? Regardez devant les …tribunaux

Le Sénégal est parvenu à relever le défi de l’organisation du 73e Congrès des Poètes, essayistes, nouvellistes (PEN) international, symbole de l’Association mondiale des écrivains pour la promotion de la littérature et la défense de la liberté d’expression. Mais au-delà du Sénégal, c’est l’Afrique qui était ainsi mise à l’épreuve. Et pour le poète Amadou Lamine Sall, qui livre cette analyse, cela a permis de montrer que l’Afrique doit à l’avenir occuper plus de place dans l’organigramme et dans l’exécutif même du PEN international. Le vice-président du PEN Sénégal revient, en outre, dans la première partie de cet entretien sur la question des libertés au Sénégal.
Wal Fadjri : Le Sénégal a abrité du 04 au 11 juillet 2007 le dernier Congrès du PEN international, quel bilan tirez-vous de cet événement ?

Amadou Lamine SALL : Je dois d’abord dire qu’au-delà du Sénégal, c’était un défi pour l’Afrique de relever l’organisation de ce 73e Congrès. Et c’est pour une raison toute simple. Depuis 1921, l’Afrique n’avait jamais reçu ce Congrès du PEN international. Et comme également l’Afrique occupe très peu de place dans l’organigramme et dans l’exécutif même du PEN international, il y avait quelques réticences à confier l’organisation d’un tel congrès à l’Afrique. Finalement, le bilan qu’on peut en tirer est un bilan très positif. Je viens juste de recevoir, il y a 48 heures, (l’entretien s’est déroulé le vendredi 20 juillet, Ndlr), une lettre du PEN international, adressée au bureau du Centre PEN Sénégal, pour dire la satisfaction du PEN international d’avoir vu ce congrès répondre à toutes leurs attentes. Je ne peux pas dire qu’ils étaient surpris. Mais en tout cas, ils ont été agréablement surpris de voir que l’Afrique avait véritablement organisé quelque chose de très fort. Et ils disent même dans leur lettre que nous avons mis la barre tellement haute qu’ils ne savent pas si les prochains congrès, qui auront lieu en Europe, en Asie et ailleurs dans le monde, atteindront la dimension d’une telle organisation que le Sénégal leur a offerte.

Wal Fadjri : Et comment s’est fait le choix du Sénégal ?

Amadou Lamine SALL : Tout est parti d’un Congrès, il y a quelques bonnes années où Alioune Badara Bèye avait représenté le Centre PEN Sénégal. Et la candidature du Sénégal avait été posée. Et évidemment dans un tel Congrès, où l’Afrique est très minoritaire, il a fallu se battre pour que cette candidature soit acceptée. Parce que les règles du PEN international sont très strictes. Il faut d’abord que la candidature soit acceptée. Il faudra également répondre aux critères que le PEN international vous soumet. Il faut présenter un budget et discuter pendant près d’un an avec Londres où il y a le siège et arriver enfin à organiser ce Congrès. Les critères qui avaient été particulièrement mis en place d’ailleurs, c’étaient : un pays démocratique où les libertés d’expression étaient respectées ; et où le gouvernement, qui dirigeait tel ou tel pays, était bien vu au niveau de la gouvernance. Le Sénégal remplissait ces critères au regard du PEN international.

Wal Fadjri : Qu’est-ce que le PEN Sénégal a concrètement fait pour le respect des droits de l’homme, de la liberté d’expression, la bonne gouvernance…

Amadou Lamine SALL : Cette question a d’ailleurs déjà été posée par certains journalistes qui, comme par hasard, découvraient l’existence du centre PEN Sénégal. Et ils ne comprenaient pas qu’un tel Centre puisse se taire sur certains événements qui se déroulaient au Sénégal et en Afrique. L’explication est à la fois très simple et très complexe. Parce que le PEN Sénégal a beaucoup travaillé sans communiquer. Mais nous avons, par exemple, beaucoup voyagé. Nous avons eu beaucoup de contacts dans certains pays africains (comme en Guinée, en Gambie…) pour soutenir les PEN. Et nous allons nous investir au Cameroun, au Congo, etc. Et même, quand il y a eu des événements malheureux en Gambie avec l’assassinat de votre confrère, le journaliste Dayda Haïdara, nous avons réagi -à l’image du PEN international- pour condamner cet assassinat. Avec ce congrès qui vient de se tenir en terre africaine, nous allons corriger certaines erreurs de communication et montrer ce que nous avons fait au regard des missions qui sont confiées au Centre PEN.

Wal Fadjri : L’ex-secrétaire général du PEN international, Mme Joanne Leedom-Ackerman, a souhaité la suppression de l’article 80 au Sénégal. Est-ce que le PEN Sénégal est prêt à suivre ce dossier ?

Amadou Lamine SALL : Nous avons dit qu’il n’était pas acceptable qu’on puisse justement avoir un tel article. Et que le président de la République lui-même l’a compris. Il avait lui-même fait la proposition de supprimer cet article. Pour ma part, j’ai dit à la presse que j’aurais souhaité que la première intervention de la nouvelle Assemblée nationale soit de supprimer cet article. Mais il faut qu’on s’entende. Parce qu’il n’y a pas que cet article. Il y a également le problème de la presse au Sénégal. Je pense qu’il faut que chacun prenne ses responsabilités. Un de vos collègues m’a posé la question de savoir : ‘comment le Pen pouvait organiser un congrès international au Sénégal, dans un pays qui n’était pas démocratique, où les journalistes étaient devant les tribunaux à cause des nombreuses diffamations ?’. Je lui ai dit que c’est vous-même qui avez prononcé le mot ‘diffamation’. Et que signifie ce mot ? Une diffamation, c’est de dire des choses qu’on ne peut pas prouver et qui sont inexactes. Et je lui ai dit que plus qu’il y aura des journalistes devant les tribunaux sénégalais, plus je crois, on peut dire qu’il y a liberté de presse. Parce que s’il n’y avait pas une liberté de presse, une liberté d’expression, les journalistes ne seraient pas devant les tribunaux en si grand nombre. On m’en a voulu d’ailleurs (rires) d’avoir dit cela. Mais je crois qu’au regard de ce qui se passe sur le continent africain et même au-delà du continent africain, notamment en Amérique latine, en Asie, je pense quand même que nous avons une très relative liberté de presse au Sénégal. Et tout le monde peut en juger. J’ai rencontré ici des journalistes de l’Afrique de l’Ouest, qui étaient venus pour quelques semaines et que finalement ils sont restés pour travailler au Sénégal. Parce qu’il y avait une plus grande liberté de presse, une plus grande indépendance au Sénégal que dans leurs propres pays. Seulement, il faut avancer. Et je veux dire par là, qu’il faut davantage qu’il ait de responsabilité de part et d’autre. Il n’est pas question du tout de laisser les journalistes dire et faire ce qu’ils veulent. Et qu’il n’est pas question également pour l’Etat de mettre les journalistes en prison. Il faut un juste milieu.

Wal Fadjri : Le Sénégal, c’est également ces différentes œuvres qui sont censurées par les autorités…

Amadou Lamine SALL : Je suis un poète et un homme libre. J’ai dit que j’avais acheté les livres de Latif Coulibaly sans problème, ici à Dakar. Alors que d’autres m’ont dit qu’ils avaient des problèmes pour trouver ces livres. Pour ma part, j’avais envie de lire Latif Coulibaly, parce que j’aime beaucoup ce qu’il fait, et je n’ai eu de problème pour trouver ses œuvres. Je les ai achetées d’ailleurs devant un feu rouge en achetant mes journaux le matin. Je ne suis pas allé en librairie. Je ne savais pas que le livre était interdit en librairie. A mon avis, il faut qu’on soit sérieux. Et que chacun prenne ses responsabilités. Si j’étais un libraire, je vendrais les livres de Latif Coulibaly et des autres, parce qu’il y a une forte demande pour lire ces œuvres jusqu’au jour où, on viendra m’interdire de les vendre. Ou jusqu’au jour où j’aurais une descente de police ou si la Dic me convoque. Mais rien n’empêchait ces libraires à vendre ces livres, dont vous me parlez. Un certain Mody Niang a dit dans la presse que je faisais le jeu du pouvoir. Et que je savais très bien que ces livres ne pouvaient pas se vendre en librairie. Mais non ! Il n’a pas raison. Je ne fais pas le jeu du pouvoir. Je suis un homme libre. Et il ne s’agit pas de critiquer le pouvoir pour le critiquer… Je suis contre les livres qu’on interdit. Parce que cela n’a pas de sens. On ne peut pas interdire un livre. Même si, on l’interdit en librairie, on peut le trouver sur le Net ; ou on peut se promener avec d’aéroport en aéroport. On a toujours constaté que quand un livre est interdit, on le trouve plus ailleurs.

Wal Fadjri : Comment s’est déroulée l’organisation matérielle de ce 73eme Congrès de Dakar, si on sait qu’à deux semaines de l’ouverture, le bureau du PEN Sénégal avait fini par sonner l’alarme face au retard de la subvention (de 100 millions) de l’Etat du Sénégal ?

Amadou Lamine SALL : Vous savez qu’il est impossible d’organiser un tel Congrès sur une telle durée (presque dix jours) avec près de 300 délégués sans un soutien effectif de l’Etat. Il n’y a aucune association qui puisse faire face à des frais d’organisation d’un tel Congrès. Et nous avions peur à quelques semaines de ne pas encore avoir reçu complètement les assurances financières de l’Etat du Sénégal. Mais tout est rentré dans l’ordre finalement au bout de quelques jours. Le président de la République et le gouvernement ont apporté l’aide nécessaire pour la bonne tenue de ce Congrès.

Wal Fadjri : Si nous parlons de la participation sénégalaise à ce Congrès, des frustrations ont été notées avec ces écrivains qui n’ont pu participer à ce Congrès…

Amadou Lamine SALL : Je ne sais pas ce que vous appelez ‘des écrivains qui n’ont pu participer à ce Congrès…’. Ce qu’il faut savoir, c’est que le PEN Sénégal est un Centre qui a ses membres. Le Centre PEN Sénégal est différent de l’Association des écrivains du Sénégal, où on accueille des écrivains qui ont écrit des œuvres de fiction. Ils viennent s’inscrire librement. Et l’association juge si l’œuvre a été éditée par une maison d’édition et non pas par un compte d’auteur par exemple. Le Centre PEN reçoit des écrivains qui écrivent non seulement des œuvres de fiction mais également des écrivains comme, par exemple, des journalistes ou des chercheurs, des philosophes qui ont écrit des œuvres qui ne sont pas des œuvres de fiction. Donc le PEN est beaucoup plus ouvert que l’Association des écrivains du Sénégal. Aujourd’hui, je peux vous dire que tous les écrivains membres du Centre PEN, tous les hommes de culture, les intellectuels membres du PEN Sénégal ont pris part à ce Congrès.


À voir aussi

Droits de l’Homme : L’Onu épingle le Sénégal

Le Comité contre la torture des Nations-Unies (Un groupe de 10 experts indépendants qui surveillent …

Valse dans la magistrature

Remue-ménage au sein du Conseil supérieur de la magistrature. Cheikh Ndiaye Seck, qui était délégué …