51303a0453de1fe49294d61957fe273b_XL

Amélioration du niveau des élèves : Lartes cherche des solutions

Le constat est général : Les élèves du Sénégal sont de moins en moins brillants. Qu’ils soient de la ville ou du village, d’origine sociale aisée comme démunie, quelques rares élèves donnent satisfaction à leurs enseignants et parents. Pourquoi ? Qu’est-ce qui, dans l’environnement scolaire ou socioéconomique, explique que certains élèves soient performants et d’autres moins ? C’est l’enquête que le Laboratoire de recherche sur les transformations économiques et sociales (Lartes) est sur le point de réaliser, à travers son programme «Jangando».

Ce laboratoire, logé dans les locaux de l’Institut fondamental d’Afrique noire (Ifan), a comme partenaire dans cette activité l’Ong  Fodde pour les régions de Kolda et Sédhiou. Fodde a déjà procédé au recrutement et à la formation des animateurs qui devront dès ce lundi 27 Juin être sur le terrain. «Toutes les localités du département sont concernées, de même que la commune de Vélingara. Les enquêteurs de­vront interroger les parents des élèves ciblés sur leur vécu, le suivi à la maison, la documentation disponible, les occupations de l‘enfant et des parents. Ces élèves, de la tranche d’âge de 9 à 16 ans, seront soumis à des tests de niveau en français ou en arabe sur la culture générale, la lecture et les maths. Les autorités scolaires seront également interrogées sur les conditions d’apprentissages et l’environnement scolaire en général. Munis de tablette, les enquêteurs enverront, au fur et à mesure, les informations collectées au niveau du laboratoire en charge de les traiter puis de les analyser», a renseigné Diadji Niang, chercheur dans l’équipe pédagogique du baromètre «Jangan­do», rencontré au sortir d’une session de mise à niveau, dimanche dernier, avec les 10 enquêteurs et le superviseur pour le département de Vélingara. Pen­dant un mois, ils vont sillonner villes et villages du Fouladou pour, à terme, proposer des solutions pour l’amélioration du niveau des élèves avec production de guides pédagogiques. Diadji Niang précise : «La même enquête est faite dans toutes les régions du Sénégal. Il devra y avoir une restitution nationale des résultats dans 3 ou 4 mois et puis des restitutions zonales pour des solutions zonales, s’il le faut, et une prise en charge communautaire de la question éducative.» Le Lartes vise à atteindre 30 mille enfants au niveau national pour 20 mille ménages.

Le quotidien

Voir aussi

barthelemy dias

Barthelemy Dias octroie des bourses aux étudiants de sa commune

L’éducation et la formation font des préoccupations majeures du maire de Sacré Coeur. En effet, …