Accueil / ACTUALITES / Aminata Tall : Wade, source des malheurs

Aminata Tall : Wade, source des malheurs

La vague de contestations continue de plus belle à Diourbel au sein des libéraux. La direction du Parti démocratique sénégalais (Pds), de même que le maire de Diourbel, Mme Aminata Tall, sont interpellés. Certains militants vont même jusqu’à promettre un vote-sanction contre la liste de la coalition Sopi 2007.

Source : Le Quotidien

Les libéraux du département de Diourbel continuent de contester les investitures opérées par leur formation politique, le Pds, pour le scrutin du 3 juin prochain. Réunis en Assemblée générale, mardi dernier, au niveau de leur Quartier général, pour apprécier la liste des «députables», le camp de l’édile de Diourbel, Mme Aminata Tall, a fustigé avec la dernière énergie, les choix opérés pour défendre les couleurs du Pds. Ils ont dit leur déception et crié leur frustration et leur indignation. Et, c’est pour arriver à une conclusion : «Abdoulaye Wade combat le maire de Diourbel. Il dicte à Macky Sall tout ce qu’il fait.» Sidy Badiane, le président de la fédération Pds de Diourbel, qui présidait la séance, n’a pas manqué de déplorer cet état de fait .Pour lui, la place de Aminata Tall, en tant que secrétaire générale nationale des femmes libérales, c’était la liste nationale et non départementale. Très en verve, le président de la communauté rurale de Ndindy s’est interrogé sur la maîtrise des textes en matière électorale, par ceux-là même qui confectionnaient les listes de la Coalition Sopi. En effet, soutiendra notre interlocuteur, «s’ils maîtrisaient, un tant soit peu, les textes, ils n’allaient pas mettre sur la même liste deux parents très proches, en l’occurrence Abdou Khadim Guèye et Serigne Mactar Mbacké». La fédération départementale de Diourbel dit «se démarquer totalement d’une telle liste et appelle la direction du parti à prendre toutes ses responsabilités pour une meilleure prise en compte de l’intérêt général du Pds à Diourbel et n’exclut aucune possibilité de lutte pour la restauration de la légitimité de la base».

Safoute Faye, le président du Conseil rural de Touré Mbonde, n’y est pas allé du dos de la cuillère. Il s’en prend directement à Abdoulaye Wade, le secrétaire général de leur parti. «Je ne condamne personne. C’est Abdoulaye Wade qui est l’instigateur de tout ce qui vient de se passer. Il est responsable de tout. Qu’est-ce qu’on dira aux populations à la base au moment de battre campagne car, aucun responsable du monde rural, à part Sidy Badiane qui est placé sur la liste des suppléants, n’a été investi. C’est dire que Abdoulaye Wade nous manque de respect.»

FRONDE DES FRUSTRES

Mansour Diaw, secrétaire général communal de l’Union des jeunesses travaillistes et libérales (Ujtl), demandera à Wade s’il a oublié sa fameuse phrase : «La disponibilité de la jeunesse vaut plus que les milliards de l’étranger.» A-t-il oublié cette formule ? Aussi le jeune libéral n’a-t-il pas mâché ses mots sur cette liste qu’il assimile à une forfaiture. Pour lui, «la direction du Pds veut une chose et son contraire. Car, si tel n’était pas le cas, comment comprendre que des gens qui viennent d’arriver, comme Mactar Mbacké, soient investis au moment où d’autres se battaient depuis belle lurette pour le triomphe des idées de Wade ? On ne peut pas non plus comprendre que Khadim Guèye, qui n’est là qu’au moment où on doit partager le butin, soit investi alors que tout le monde connaît son histoire avec Rewmi, le parti de Idrissa Seck. C’est inadmissible !», s’indigne Mansour Diaw. «Wade nous utilise quand il a besoin de nous ; et après, il nous jette à la poubelle. C’est un délit d’être du camp de Aminata Tall. Pour un rien, on vous combat», confessera, amère Fatou Dame Niang, à sa suite. Et c’est pour permettre à Ibou Sow d’étaler, sur la place publique, toutes les promesses que Gorgui leur avait faites, tout dernièrement. Ayant participé à l’audience que le secrétaire général du Pds, Me Wade, avait accordé aux cadres libéraux du département de Diourbel, suite à la démission de Aminata Tall de son poste de ministre d’Etat à la présidence de la République, le premier adjoint au maire de Diourbel dira : «Wade n’a pas respecté ses engagements car, lorsqu’il nous a reçus, il avait dit qu’il ne changera rien sur la liste proposée par Aminata Tall. En plus, il va demander à Aminata Tall de lui donner le nom d’une autre personne de son choix qu’il va nommer ministre. Il est allé même jusqu’à nous dire qu’il va aller plus loin avec des nominations aux postes de Pca, de Directeurs généraux.» L’icône du Pds à Diourbel, celle-là même à qui Abdoulaye Wade avait demandé de répondre aux attaques de la défunte Adja Arame Diène en 1993, la députée Aminata Lotta Sarré interpelle le maire de Diourbel : «Aminata Tall doit sortir de son mutisme et venir s’expliquer à la base. Son silence est inquiétant. Il faut qu’elle nous dise si elle a pris part à la confection des listes, oui ou non.» Il n’y a pas que seulement les partisans de l’édile de la capitale qui rouspètent. La sensibilité de Mamadou Tall, le premier vice-président de la fédération départementale du Pds, a sorti un mémorandum. Elle assimile l’acte posé par la direction de son parti à «un manque notoire de courage politique. De manœuvres de bas étages, des intrigues et mesquineries de politique politicienne ont été les lignes directrices dans cette cooptation effectuée par la direction du Pds». Les responsables de cette tendance avertissent, pour dire que «Mamadou Tall ne sera pas la victime expiatoire d’un arrangement digne de mercantis». Ils poursuivent en ces termes : «Ce n’est pas juste, ni élégant. Ce n’est pas grand, c’est très petit. Que les partis politiques qui ont toujours inspiré une peur bleue aux responsables libéraux de Diourbel aient décidé le boycott des législatives ne doit point être raison de légèreté et d’irresponsabilité dans le choix des représentants. En tout cas, l’heure est grave au Pds à Diourbel. Alors qu’on pensait que le boycott d’une partie de l’opposition allait arranger les choses, on voit le contraire». Et, c’est ce qui amène certains observateurs politiques comme Ousseynou Dieng, à s’interroger sur la méthode que les investis de Diourbel vont adopter pour convaincre les populations à voter pour eux. «Cette mayonnaise risque de ne jamais prendre forme car, ce sont deux contraires qui sont mis ensemble. Et je crois qu’ils sont condamnés à taire leurs divergences, le temps de la prochaine campagne électorale.»


À voir aussi

Verdict attendu dans le procès de Khalifa Sall La vérité tient à un fil

REWMI.COM Les plaidoiries ont été bouclées hier. Le Procureur et les avocats ont vidé leurs …

Rapport d’amnesty sur le Sénégal Macky, la justice et les forces de l’ordre au-dessus de la loi

Amnesty International a publié hier son rapport annuel sur la situation des droits humains dans …