21 octobre, 2014
Accueil » ACTUALITES » Aminata Touré, Garde des sceaux, Ministre de la justice : « Lorsque vous vous promenez dans les rues de nos villes, vous avez le spectacle insoutenable d’enfants en situation de prostitution »
Aminata Touré, Garde des sceaux, Ministre de la justice : « Lorsque vous vous promenez dans les rues de nos villes, vous avez le spectacle insoutenable d’enfants en situation de prostitution »

Aminata Touré, Garde des sceaux, Ministre de la justice : « Lorsque vous vous promenez dans les rues de nos villes, vous avez le spectacle insoutenable d’enfants en situation de prostitution »

La lutte est engagée contre le fléau de la prostitution et du vagabondage des mineurs. En ouvrant ce matin, le séminaire sur la protection juridique des mineurs, à Mbour, Aminata Touré, ministre de la Justice, a jugé d’un intérêt majeur la défense des mineurs. « Lorsque vous vous promenez dans les rues de nos villes, vous avez le spectacle insoutenable d’enfants qui sont en situation de prostitution, je dirais même d’exploitation sexuelle. Parce qu’il ne faut pas oublier que la prostitution est reconnue comme telle, les travailleurs du sexe sont reconnues comme telles qu’à l’âge de dix huit ans. En dessous de cet âge, on parle d’exploitation sexuelle, cela, il faut que tout le monde le comprenne », a soutenu Aminata Touré. De l’avis du ministre de la Justice « on a malheureusement une combinaison de facteurs aujourd’hui, parmi lesquels la démission des parents. On ne peut pas ne pas l’évoquer. Que des enfants parfois de 12 ans s’adonnent à la prostitution dans nos rues, ce n’est pas acceptable, dans un pays qui entend protéger ses enfants, de surcroît un pays qui a des valeurs religieuses comme le nôtre. Donc il faut qu’on agisse. La protection est d’abord juridique, il faut que les textes soient très clairs ». Mais, pour juguler le phénomène, ajoute Aminata Touré, « il faut la collaboration de plusieurs secteurs. D’abord renforcer les moyens de la Brigade des mineurs. Il y a également la grande responsabilité des acteurs du tourisme, parce que c’est autour de leurs établissements que cette prostitution s’organise. En fait il faut plus l’application d’une nouvelle règlementation ».

REWMI.COM/MSD