une a aminata-1

Aminata Touré : une surfemme ! Qualités et défauts d’une amazone

Aminata Touré n’a peur de personne. Elle ne capitule devant aucun défi. Elle n’abdique jamais dans un combat. Elle ne cède devant aucun adversaire. Elle n’obtempère aucunement à une pression. Ses convictions sont immuables. On l’aime ou on ne l’aime pas, elle est courageuse à un degré même inimaginable. Noble de cœur et chaud dans les sentiments, elle a une autorité naturelle dont la finalité est de mettre dans les rangs. Elle est singulière car elle réunit en elle l’enchantement conquérant de la femme et le courage intrépide de l’homme. Elle n’est donc pas seulement une femme. Elle est surtout une surfemme.

L’arène politique ne lui est point étrangère. Elle la connait et son atout est son intelligence, une intelligence qui lui a permis de construire un drugstore inépuisable d’arguties pour la défense de ses convictions et pour la réplique contre l’adversaire. C’est, en virtuose, qu’elle a uni en elle la civilisation orale et la culture cartésienne. Cette prouesse qui est le pilastre de sa personnalité la différencie de beaucoup de femmes politiques sénégalaises.

Mais Aminata touré veut surtout la bonne santé du Sénégal dans tous les domaines, peut-être parce qu’elle est fille d’un Médecin et d’une Sage-femme, des parents avec qui l’acrobatie du raisonnement est un jeu banal.

Suivant son père, fonctionnaire mobile, elle passe une partie de sa scolarité à Tambacounda avant de la poursuivre à Kaolack, cité qu’elle envisage d’ailleurs d’envahir à controverse pour le compte de l’APR. Elle obtient son Bac B au Lycée Van Vollenhoven, actuel Lycée Lamine Gueye où son intelligence l’installe même sur l’estrade des couronnés du Concours général. Et son premier époux Oumar Sarr du PDS est de Dagana, une terre qui ne lui est pas étrangère non plus.

Tambacounda, Kaolack, Dakar, Dagana ! Elle connait donc assez bien le Sénégal comme elle connait l’Europe, surtout le pays de Jeanne d’Arc où elle décroche une Maîtrise d’économie, un DESS en Gestion des Entreprises et un Doctorat en Management Financier International.
En 1988, elle rentre au Sénégal pour diriger, à 26 ans, le département Marketing et Communication de la défunte SOTRAC. Et ce fut le point de départ d’une prestigieuse carrière auréolée d’engagement altruiste et humanitaire qui la mène au système des Nations-Unies. Ainsi, autant elle connait le Sénégal et l’Europe, autant elle connait l’Afrique et le reste du monde pour avoir été Haut-Fonctionnaire du Fonds Des Nations-Unies pour les Femmes et du FNUAP pour les pays africains, organisme dont elle devient en 2003 la Directrice du Département Droits humains à New-York.

Pour ce qu’elle fut et ce qu’elle fit, Aminata Touré sait conséquemment ce qu’elle vaut et ce qu’elle veut.

Financièrement indépendante, intellectuellement armée et bénéficiant d’un génie technocratique confirmé par l’expérience professionnelle, elle se sent assez outillée pour faire face et affronter les défis. C’est une des explications de sa hardiesse politique et de la force de sa personnalité.

Un engagement politique précoce
C’est dès l’adolescence qu’Aminata Touré a commencé le militantisme. Elle a débarqué en France pour des études universitaires en un moment où le monde occidental était en pleine croissance. Mais l’aspiration à une autre vie se faisait sentir sous des formes confuses, en pleine période ascendante des systèmes politiques européens. C’était la période où la gauche mitterrandienne triomphait et Aminata Touré suivait consciencieusement le jeu politique.

Mais l’étudiante d’alors n’était pas de cette gauche-là. La faillite des deux grands mythes de l’Occident, le mythe libéral et le mythe soviétique, débouchait, dans les milieux universitaires et syndicaux, sur la remise en cause du modèle de croissance et du modèle de révolution qui était rendu plus apparent par le contraste avec la situationdes peuples du tiers monde qui avaient accédé à l’indépendance.
Par nature révolutionnaire, Aminata Touré intègre alors la Ligue Communiste des Travailleurs créée en 1976 et membre de la Quatrième Internationale, organisation politique fondée en 1938 par Léon Trotski.

Elle se montre intrépide dans son engagement, participant ardemment à tous les combats. Pour elle, nul ne peut changer la vie des citoyens sans changer le système qui les couve et son mode de fonctionnement.

Dans ce sillage, elle milite énergiquement pour une alternative révolutionnaire crédible dans le cadre d’un combat acharné où le nombre de femmes est compté du bout des doigts. Et cette exception fait d’elle avec la marche du temps, la première et la seule femme dans l’histoire politique du Sénégal à être Directrice de Campagne du candidat de gauche Landing Savané en 1993 sans être de son parti, un parti qu’elle ne rejoindra qu’en 1994 par cohérence et loyauté.

La nouvelle Jeanne d’Arc de l’arène politique

La politique n’a jamais été un métier pour Aminata Touré, fait rare au Sénégal. Elle n’a jamais mis en apnée sa technocratie. D’ailleurs, quoique militante de And-Jef à l’époque, elle a poursuivi sa carrière professionnelle devenant Directrice de l’Association Sénégalaise pour le Bien-être Familial, ASBEF, avant de rejoindre grâce à ses résultats le Fonds des Nations-Unies pour la Population, allant du Burkina Faso à New Jersey en passant par New York.
Durant toute cette période, elle suit le jeu politique et pose un regard capillaire sur les réalités sociales, économiques et institutionnelles du Sénégal. Les dérives, les injustices, la prédation de finances publiques ainsi que la question de la dévolution monarchique du pouvoir la révoltent. Les menaces d’instabilité la mirent aux aguets. Ses ongles se muèrent en griffes. Ses dents lactées se transformèrent en crocs. Et elle débarqua au Sénégal en 2010 pour participer au combat aux cotés de Macky Sall que le régime Wade cherchait à anéantir pour corriger son audace, celle de vouloir en voir plus clair dans la gestion budgétaire du puissant Ministre d’État d’alors …Karim Wade.

La victoire obtenue, elle devient alors la Garde des Sceaux, fit sonner les étriers de la CREI pour la traque de biens supposés mal acquis et accéda à la Primature avec un mot d’ordre devenu historique : « accélérer la cadence » !
Qualités et défauts d’une Amazone
Aminata Touré est, en fait, une femme courageuse, fougueuse et passionnée. Elle déteste s’ennuyer. Elle ne supporte pas l’immobilisme et n’accepte pas de perdre son temps ou de tourner en rond. Elle veut que les choses bougent et aillent de l’avant. Tous les défis la stimulent.
Mais un de ses défauts est qu’elle aime qu’on la remarque, qu’on l’admire et qu’on l’ovationne. Et pour cela, elle n’hésite pas à s’exprimer haut et fort, dût quiconque en être offusqué. Ceux qui ne la connaissent pas ou la connaissent mal disent qu’elle estégoïste alors qu’elle est altruiste et pense beaucoup plus aux autres et à leurs biens. Elle est plutôt une militante forcenée du bien commun et de l’intérêt général.

Seulement, elle est d’un fort caractère. Son égo est surdimensionné, parfois difficile à vivre. Mais elle dégage un charisme impressionnant et un magnétisme puissant qui provoque l’admiration. Elle est entière, ne triche pas et n’hésite jamais à dire ce qu’elle pense parce qu’elle ne craint pas la confrontation.

S’aventurer dans un terrain épineux ne l’effraie guère. Au contraire cela l’aiguillonne. Elle n’est à l’aise que dans l’action.Les situations difficiles lui permettent de mettre en scelle sa combattivité.

Elle est généreuse et aime défendre les opprimés jusqu’à s’attarder dans le bénévolat. Se mettre au service des autres l’aide à se sentir utile. Elle est honnête et droite et croit au respect des règles. Quand elle s’engage, elle s’investit à fond. Si les règles sont justes, elle les suit inexorablement. Si elles sont injustes, elle se rebelle. Mais cela ne l’empêche jamais de faire convenablement son travail pour donner le bel exemple.

Son problème est qu’elle a trop d’amour-propre et son orgueil peut parfois lui jouer des tours ou la rendre antipathique vis-à-vis des autres. Parfois, elle se donne en spectacle par des sorties qui indisposent. Elle prend souvent de haut ceux qui lui donnent des conseils car elle croit parfois savoir tout connaitre. Elle aime être le chef et n’apprécie pas qu’on la domine. D’ailleurs, on ne la domine pas et c’ est pourquoi elle est une surfemme !

Elle ne manque pas d’idées et de vision. Toutefois, elle n’accepte pas la contrainte ce qui la met souvent en divergence avec la hiérarchie.

Mais elle demeure une grande dame, respectueuse des lois justes et inextricable dans son attachement aux valeurs de la République. Être avec elle est une chance car elle est une travailleuse infatigable. Avec elle, les projets sont novateurs et finissent par se concrétiser.

Pape Ndiaye

Voir aussi

telechargement

AFFAIRES CHEIKH BETHIO THIOUNE ET THIONE SECK- Et si Me Sidiki Kaba violait la séparation des pouvoirs ?

Il est sans doute très difficile d’être Ministre de la Justice sous nos cieux, c’est-à-dire …