ACTUALITE

AMINISITE DE KARIM WADE Vers un 2ème protocole de Rebeuss

  • Date: 3 juin 2016

L’histoire donc se répète. Comme ce fut le cas entre Wade et Idy, tout indique qu’on va vers un autre protocole de Rebeuss pour libérer Karim Wade, avec toutes les garanties politiques et juridiques.

Karim Wade serait opposé à toute grâce, que lui aurait accordée Macky Sall. Cette faveur le placerait dans une posture politique inconfortable, en direction des futurs enjeux électoraux. D’ailleurs, à ce sujet, il nous revient de sources généralement bien informées que le fils de Me Abdoulaye Wade a déclaré à qui veut l’entendre qu’il n’entendait jamais quitter la prison, avec une grâce présidentielle, et pour cause. « Une grâce serait sa défaite et son aveu », nous confie notre source qui a côtoyé Karim Wade en prison. « Ce qu’il veut, c’est une amnistie qui consacre son inculpabibilté », nous renseigne toujours notre source. Qui nous souffle que Karim n’a cessé de clamer qu’il n’est coupable de rien. Preuve par neuf : « Je ne suis point épinglé dans la gestion des ministères que j’ai a eu à gérer », aurait-il confessé à son compagnon de bagne. D’ailleurs, à Rebeuss, nous dit cet ancien co-détenu de Karim, il jouit, auprès de la population carcérale, d’une popularité telle, qu’il a été isolé à proximité de l’infirmerie loin des cellules. Mais son embastillement a fait l’objet de nombreuses pressions aussi bien nationales qu’internationales, nous signale toujours notre interlocuteur. « Et Karim en est bien conscient ». Au-delà de guides religieux, il a eu à se constituer un puissant carnet d’adresses et des relations solides au sein de l’internationale libérale que l’Apr ne cesse d’épier. L’histoire donc se répète. Comme ce fut le cas entre Wade et Idy, tout indique qu’on va vers un autre protocole de Rebeuss pour libérer Karim Wade avec toutes les garanties politiques et juridiques.

Un deuxième protocole de Rebeuss

Pour mûrir son plan et aboutir à un dégel, Macky a eu l’intelligence d’utiliser la classe politique et la Société civile comme tremplin en convoquant un dialogue national à la veille de l’anniversaire d’Abdoulaye Wade. Le premier acte qu’il pose est d’appeler ce dernier pour lui souhaiter un joyeux anniversaire par une communication téléphonique insolite qu’il a largement médiatisée. Le deuxième acte, le surlendemain, est la liberté conditionnelle et provisoire accordée aux co-accusés de Karim. Conséquemment, la porte de sortie de Rebeuss semble être sur le point d’être ouverte pour Karim. Ces actes politiques sont bien identifiables à une prémisse d’un protocole en cours de conception. Ainsi, l’esprit public national est bien préparé à une libération de Karim Wade.

Une liberté controversée

Il nous revient au sein de l’établishement marron-beige, que les apéristes sont obligés d’être en phase avec Macky Sall, même s’il y a certains caciques du Parti, sans l’exprimer publiquement, sont défavorables à une liberté de Wade-fils. Macky serait même prêt à sévir contre tous ceux qui cherchent, dans son parti, à torpiller le dégel et son rapprochement entre lui et le Pds, qui du reste l’avait vivement combattu. Par ailleurs, l’opinion publique, dans sa majorité, considère que la libération de Karim Wade est normale. Son enrichissement illicite n’est pas clairement prouvé, soutiennent bon nombre de personnes. Ensuite, d’autres dont les noms ont été évoqués jouissent d’une totale impunité en raison de leur transhumance politique. Une certaine opinion manifeste déjà une surprise et une déception à cause de la gravité des accusations et de la lourdeur des charges contre Karim Wade. Sa libération serait donc la preuve que ce n’était qu’un règlement de compte. Tout le débat a déserté le dialogue national pour envahir l’espace des retrouvailles entre Macky et Wade.

Mouhamadou BA

Numéros Utiles

Indicatif Sénégal (de l’étranger) :

221

Renseignements :

12 12

Horloge parlante :

15

Aéroport :

33 869 50 50 / 33 628 10 10

Sénélec (dépannage) :

33 867 31 00

Sénélec (délestage BCC) :

33 839 94 35

SDE (dépannage) :

800 11 11

Sonatel (dérangement) :

13

Hotline Orange :

41 41

Commissariat Central :

33 823 25 29 / 33 823 71 49

Gendarmerie num vert :

800 20 20

SOS MEDECINS :

33 889 15 15

SUMA ASSITANCE :

33 824 24 18 / 33 824 60 30

POMPIERS :

33 823 03 50

Centre anti poison :

818 00 15 15