Accueil / POLITIQUE / AMSATOU SOW SIDIBÉ, LEADER DE CAR LENEEN « Les femmes, à mon humble avis, n’ont pas à voter cette constitution »

AMSATOU SOW SIDIBÉ, LEADER DE CAR LENEEN « Les femmes, à mon humble avis, n’ont pas à voter cette constitution »

La présidente de Car Leneen, Amsatou Sow Sidibé,  a invité les femmes à ne pas voter le projet de réformes institutionnelles du président Macky Sall. Selon elle, ledit projet ne respecte pas les droits humains. Elle s’exprimait, hier, à l’occasion de la Journée mondiale de la femme.

À l’occasion de la célébration de la Journée mondiale de la femme, hier mardi 8 mars 2016, les femmes de Car Leneen se sont retrouvées pour échanger sur le thème : « Femme et politique ». Selon leur leader, Amsatou Sow Sidibé, le choix de cette thématique se justifie par le fait que les leaders de Car Leneen, convergence des acteurs pour la défense des valeurs républicaines doivent se pencher sur l’opportunité de valoriser et de mettre à la place qu’il faut les femmes en politique. Sur la question de savoir si les droits des femmes sont pris en compte dans le projet de réformes constitutionnelles, Amsatou Sow Sidibé a soutenu qu’elle a été à la limite choquée par l’intitulé du titre qui porte sur les droits humains. « On parle des libertés, on parle de droits économiques et sociaux, de devoirs du citoyen mais, à aucun moment, on ne parle de droits humains. Donc, le projet de réformes ne respecte pas les droits humains. « Voilà un hic qui fait que nous ne faisons pas confiance à ce projet de réformes constitutionnelles », a-t-elle dit. Et de renchérir : « Quand on ne parle pas des droits humains, est-ce qu’on mettre en valeur les droits des femmes ? Je ne le crois pas. Alors, les femmes, à mon humble avis, n’ont pas à voter cette Constitution. C’est une réforme qui est vide de tout sens. Il y a eu une précipitation. Il n’y a pas eu de temps d’arrêt pour voir les tenants et les aboutissants de ce projet et on veut nous faire avaler ce projet de réforme. »

« C’est une catastrophe nationale ce référendum »

C’est sur la base de cela que la présidente de Car Leneen a réitéré l’idée de boycott. Elle explique : « Ce projet de réforme n’est pas utile parce qu’il ne prend pas en compte les préoccupations des populations sénégalaises et ça coute cher. Ces milliards peuvent servir à mettre en place des systèmes de prévention contre le cancer du col de l’utérus, du sein. Cet argent peut servir à faire des dialyses, des cahiers, des livres. Ça peut servir à faire en sorte que les ”daaras” soient mieux approvisionnés, mieux organisés, etc. C’est du gaspillage inadmissible ; c’est la raison pour laquelle nous boycottons encore une fois ». Amsatou Sow Sidibé a la conviction qu’il faut boycotter parce que le référendum, dit-elle, en lui-même ne doit pas être organisé. « C’est un danger pour l’équilibre de la société. Cependant, étant donné que c’est la démocratie qui prévaut, celui qui pense qu’il doit aller voter Non il peut le faire. Mais moi, je garde l’idée du boycott et ce jour-là, je ferais la grasse matinée. Parce que je ne veux pas valider l’idée d’un référendum », ajoute-t-elle.

Toutefois, la présidente de Car Leneen soutient avoir envoyé une lettre ouverte aux 150 députés de l’Assemblée nationale parce que, renseigne-t-elle, l’article 103 de la Constitution leur donne tous les pouvoirs pour connaître les 14 points de cette réforme en y ajoutant d’autres points qui intéressent les populations.

Cheick Moussa Sarr

À voir aussi

Khalifa protégé par l’immunité parlementaire

Les résultats définitifs des élections législatives du 30 juillet dernier, annoncés par le Conseil constitutionnel …

Urgent: Serigne Assane Mbacké retrouve sa liberté

En attendant le verdict fixé au jeudi 24 août prochain dans l’affaire des saccages des …