Accueil / Uncategorized / Amy Mbacké fait encore faux-bond dans une compétition internationale : Une récidiviste qui ne doit pas échapper à la sanction

Amy Mbacké fait encore faux-bond dans une compétition internationale : Une récidiviste qui ne doit pas échapper à la sanction

La Fédération sénégalaise d’athlétisme va-t-elle sanctionner Amy Mbacké Thiam, coupable d’avoir zappé les Jeux africains d’Alger, privant le Sénégal d’une médaille d’or ? L’instance fédérale n’aura pas le choix car faisant face à un cas de récidive. La spécialiste du 400 m ayant déjà boudé en avril 2006 le meeting de Dakar. Une attitude condamnable pour une championne de sa trempe, et qui avait d’ailleurs irrité le président Lamine Diack, patron de l’athlétisme mondial. Le «témoin» est en tout cas dans les mains du président Momar Mbaye et de son équipe, qui de retour d’Alger, doivent sévir pour l’exemple.

Source: Le Quotidien
La 9e édition des Jeux africains d’Alger s’est achevée sur une fausse note en athlétisme avec la défection-surprise de Amy Mbacké Thiam, qui a boudé la compétition. Sur les raisons de ce «forfait», la spécialiste du 400 m avait donné ses raisons : «Je n’ai pas pu faire le déplacement parce que les dirigeants de la Fédération d’athlétisme n’ont pas mis à temps le billet d’avion à ma disposition. Il était convenu que je reçoive mon billet lundi pour me rendre à Alger le jour même. J’avais besoin de me rendre à Alger le lundi, faire le décrassage mardi et débuter les séries le mercredi. Mais cela n’a pas pu se faire. C’est vraiment dommage parce que cette compétition faisait partie des objectifs de ma saison.»

Une explication qui n’a pas convaincu le président Momar Mbaye, très remonté contre la championne d’Afrique. Le patron de l’athlétisme sénégalais ayant flairé un nouveau coup fourré venant de la pensionnaire du Racing Club de Paris. «Nous sommes une fédération et nous gérons une discipline et non une athlète», avait averti sur un ton ferme le président Momar Mbaye qui a énuméré les dégâts collatéraux de cette défection : «Elle a non seulement privé l’athlétisme sénégalais d’une médaille d’or au 400 m, mais aussi du podium du relais 4×400 m.

Et pire, s’indigne-t-il, elle a sacrifié cette équipe de relais qui n’a pas eu le minima pour se qualifier pour les championnats du monde d’août à Osaka au Japon.» Et l’ont comprend l’ire du président de la Fédération sénégalaise d’athlétisme (Fsa), qui renseigne à nouveau : «Amy Mbacké a choisi de ne pas venir défendre les couleurs nationales alors qu’elle bénéficie d’une bourse de la Solidarité Olympique au nom du Sénégal.»

Avant de faire une révélation de taille : «Pourtant son âge ne lui permettait pas d’être attributaire de cette bourse. Mais nous nous sommes battus pour qu’elle en bénéficie.» Des propos qui illustrent la part belle accordée à celle qui avait fait forte sensation au Championnat du monde à Edmonton en 2001 où elle a décroché l’or, et qui, aujourd’hui, se permet de snober tout le monde y compris les autorités sportives de ce pays qui l’ont toujours couvée et encadrée.

En effet, malgré l’intervention du ministre des Sports, de son Directeur de cabinet, du président de la Fédération et de son Directeur administratif, Amy Mbacké est restée ferme sur ses positions. Et cerise sur la piste, la star sénégalaise qui venait de réaliser, deux jours avant, un super chrono de 50 secondes 15 centièmes, soit son meilleur temps sur la distance, lors de l’étape de Rome de la Golden League, a semblé nargué son monde en déclarant juste après sa défection, vouloir privilégier les Mondiaux d’Osaka, prévus au Japon du 25 août au 02 septembre prochain, et où elle vise la finale.

Comme si les Jeux africains d’Alger étaient devenus pour celle qui figure actuellement parmi les meilleures spécialistes mondiales du 400 m, quantité négligeable. Déjà absente lors de la précédente édition des Jeux africains d’Abuja en 2003, Amy Mbacké, à qui l’Etat du Sénégal a tout donné, a encore manifesté le peu de considération qu’elle attache aux compétitions africaines qui l’ont pourtant révélées au monde de l’athlétisme.

Et l’affaire est d’autant plus grave que la championne du monde 2001 est une récidiviste, pour avoir boudé en avril 2006 le meeting de Dakar. Une attitude qui avait d’ailleurs irrité le président Lamine Diack, patron de l’athlétisme mondial, qui avait déclaré tout de go : «J’ai tourné la page Amy Mbacké.» Nous espérons que cette fois-ci, la Fédération sénégalaise d’athlétisme, qui a été jusqu’ici trop conciliante pour ne pas dire complice, va enfin prendre toutes ses responsabilités en sanctionnant l’athlète avec fermeté.


À voir aussi

Jugement d’Assane Diouf: Les Etats-Unis pressent le Sénégal

En détention depuis novembre 2017, Assane Diouf n’est pas toujours jugé. Une situation qui inquiète …

Ziguinchor après la pluie : Poubelles et ordures ménagères envahissent les rues

Des pluies fortes s’abattent depuis quelques jours à Ziguinchor. Poubelles et ordures ménagères ont fini …