ANDRE FROISSARD, DG DE LA CSS «IL NOUS FAUT 3.000 A 3.500 HA DE TERRES DE PLUS POUR ATTEINDRE L’AUTOSUFFISANCE EN SUCRE»

La direction générale de la compagnie sucrière sénégalaise (css) a décliné hier devant la presse ses ambitions. Elle veut atteindre une production de 200.000 tonnes de sucre à l’horizon 2020 pour un investissement de 200 milliards. Le Directeur général André Froissard se veut clair : pour l’atteinte des objectifs, la css à besoin de quelques 3000 à 3500 hectares de terres. Seulement, une résistance des populations pourrait retarder les performances.

Lors d’un échange avec les journalistes de Saint-Louis, le directeur général de la Css a indiqué que l’objectif de la compagnie est de disposer encore de 3000 à 3500 hectares de terres pour atteindre l’autosuffisance en sucre. «Actuellement, la production de l’usine est fixée à 150 000 tonnes pour 2017. Notre usine veut jouer pleinement sa partition et participer activement à l’atteinte de l’autosuffisance en sucre. Ces 3500 hectares sont nécessaires et suffisantes pour une autonomie en sucre et en plus, on aura l’avantage aussi d’avoir de l’énergie à fournir à la Senelec», déclare M. Froissard. Une ambition qui sera très difficile satisfaire d’autant que les populations tiennent à la terre comme à la prunelle de leurs yeux.  La plupart du temps, les populations n’hésitent pas à dire que «ces terres appartiennent à leurs ancêtres».

La Css risque de faire face à ces résistances. C’est pourquoi, elle a pris les devants pour amoindrir les risques de rébellion en mettant les populations devant leurs responsabilités. «Ces dernières pourraient brandir la propriété ancestrale pour garder des milliers d’hectares de terres et cela peut parer à notre dessein», indique le Dg de la Css.

Revenant sur la pénurie de sucre en morceaux dans des régions de Matam et Louga, André Froissard soutient : «cette situation est l’oeuvre de quelques spéculateurs qui avaient mis les sacs de côté pour flamber le prix. Mais je dois dire que ce n’était qu’une mini pénurie».

En perspective de 2017, la direction a mobilisé près de 150 milliards Fcfa pour atteindre une production de 150.000 tonnes. Et les ambitions sont revues à la hausse à l’horizon 2020. «La Css est prête à investir plus d’argent afin d’atteindre l’objectif de 200 000 tonnes », révéle M. Froissard, pour qui l’usine qu’il dirige ne ménagera aucun effort pour accroître ses performances et invite les populations à tirer leur épingle du jeu.

A signaler que cette rencontre d’échanges, qui constitue une première entre la direction de la Css et la presse, sera pérennisée, selon le Directeur des ressources humaines. «Nous avons initié cet échange pour apporter une rupture définitive avec ce qui se faisait, car depuis mon arrivée, j’ai senti que la Css n’est pas visible et qu’on ne parle d’elle que dans des choses négatives, alors qu’en termes de Responsabilité sociétale de l’entreprise, elle s’est beaucoup investie en soutenant les populations. Désormais, ces manquements seront corrigés», affirme Bassirou Ndiaye.

L’As

Voir aussi

PROJET DE CONSTRUCTION DU TER  Macky « accélère » ses ministres 

Le président de la république, Macky Sall, ne semble pas reculer sur son projet de …