Accueil / CULTURE / Angel Diabang Brener, une chrétienne sur le débat des Sénégalaises et l’lslam.

Angel Diabang Brener, une chrétienne sur le débat des Sénégalaises et l’lslam.

Sur l’idée de la directrice de Goethe Institut Dakar elle a pris son courage à deux mains afin de poser le débat du rôle et de la place de la femme dans l’Islam. Chrétienne dans une société à 99% musulmane. Elle a choisi d’y donner la parole à 5 femmes musulmanes dont les visions de la religion ne sont pas du tout les mêmes.

Source: L’Observateur
Du haut de ses 28 ans, Angel Diabang Brener est marié sans enfant. Pour le moment. Comme toute femme amoureuse son rêve est de faire un héritier à son homme. «Ce qui fera d’elle la femme la plus heureuse du monde». En attendant ce beau jour, elle a fait un autre bébé. Pas des moindres d’ailleurs ! eh oui ! elle l’a fait ce film documentaire, Ô combien sensible, sur « les Sénégalaises et l’Islam ».

L’ancienne secrétaire devenue réalisatrice a simplement tendu sa caméra à des musulmanes. De la bourka au port sexy, en passant par le thiador et les non-pratiquantes, elles y sont toutes passées. En 40 minutes, ces Sénégalaises ont défendu chacune avec conviction mais aussi pertinence son point de vue sur l’Islam et la modernité pour ne pas dire l’occident. Chrétienne, dans une société à 99% musulmane, Angel a senti la peur lui monter au ventre au fur et à mesure que le tournage avançait. Ce qui a pour sûr entamé son audace et l’a naturellement poussée à censurer certaines parties qui « auraient pu heurter ». Mais le résultat, elle en est fière et rassurée. Selon elle « son but de poser le débat est atteint ».

Fière du dialogue islamo-chrétien dans notre pays, elle n’en est pas moins pieuse. Même si aller à l’église tous les dimanches n’est plus une obligation, Angel soutient que sa foie est plus grande que jamais. Raison pour laquelle, les multiples tentatives de la convaincre à entrer en islam pendant certains entretiens avec les actrices du film lui faisaient à la limite rire. Même si pour elle le plus important c’est qu’il y a un seul Dieu et chacun a le droit de croire en lui à sa façon et avec l’intermédiaire qu’il veut. Pour sa part, elle continue de faire les choses comme elle les sent. D’autant que sa philosophie à elle est de « toujours aller jusqu’au bout de ce qu’on a envie de faire ». Il faut quand même de l’audace pour le faire ! non ?


À voir aussi

Maroc-Sénégal Farssi immortalise les relations historiques entre les deux pays

Professeur titulaire à l’Ecole supérieure polytechnique de Dakar,  Sidi Mohamed Farssi vient de publier un …

«Le réveil des lions» Laye ‘’Ananas’’ dédie une fresque aux Gaindés du Foot

La compagnie de danse, « Lions of Africa », dirigée par Abdoulaye Dieng dit Laye Ananas, a …