ANNA SEMOU IV_2

Anna Sémou Faye, Joséphine Sarr et Aby Diallo partent La relève dans… 100 ans !

Beaucoup de Sénégalais se demandent pourquoi Macky Sall a zappé les femmes dans les postes de commandement de  la Police. Elles ne sont pas encore arrivées au rang de commissaires divisionnaires. Et n’ont pas le Cv de Anna Sémou Faye, Joséphine Sarr et Aby Diallo. Ces grandes dames qui ont laissé leurs belles empreintes, sur cette grande institution. En donnant une âme à un corps fortement masculin. Elles ont persévéré et percé en occupant de hautes fonctions jusqu’à la si convoitée inspectrice générale de la Police.

 

Beaucoup de jeunes filles entrent dans la Police. Mais pas par amour du métier. Les doyennes comme on les appelle, Ana, Jo et Aby ont aimé ce corps. Le port de l’uniforme, le combat pour une Police visible et proche des populations. C’est avec fermeté et lucidité que ces commissaires divisionnaires de classe exceptionnelle ont dirigé et drivé les troupes. De grandes dames qui, sans fards, ni publicité, loin des réseaux sociaux, loin des mondanités ont servi la Police. Les cheveux naturels, la belle vie, le paraitre, ce n’est pas leur tasse de thé. Des dames  charmantes dans l’uniforme.  Pour aujourd’hui avoir leurs noms écrits partout. Des promotions de la Police que l’on ne connaîtra peut-être plus. Et cette belle ascension, elles l’ont cultivé et nourri. Sans répit, ces commissaires ont démontré que la femme a « bien sa place dans les forces  de défense ».

Comme le disait l’ex-Dg lors de la journée du 8 mars. Devant ces jeunes filles et femmes sous les ordres, elle a montré la voie. Faisant référence aux premières heures à l’école de Police. Le Plateau, le Port, la direction de la Police de l’air et des frontières, le commissariat central, etc. des postes où elles ont frappé fort. Aujourd’hui la Police recrute des femmes. Cette année, le choix s’est porté sur des femmes qui ont fait le service militaire. Pour plus de rigueur peut-être. Il y a des officiers, des femmes-cadres. Inconnues. Elles ne veulent pas percer. Apporter leurs touches, pour  prendre la relève. Leur curriculum vitae doit être plus corsé. Parce que la parité dans les grands corps cela se mérite. Et les Sénégalais et ce trio de choc aimerait bien voir, non des femmes jouant de la musique, derrière les archives, dans un secrétariat, mais dans un poste stratégique et conduire d’une main de fer, les décisions.

Pour l’instant, c’est l’anonymat le plus total et le plus terrifiant.

Ndèye DIAW

Voir aussi

ousmane-sow-000_par8176555_0

Ousmane Sow Un Géant de l’Art s’éteint

Le monde des Arts est en deuil. Ousmane Sow est mort ! L’artiste aux mains ingénieuses …