Contributions

Apda : il y a 29 MOIS (Par Amdy Moustapha THIAM)

  • Date: 1 juin 2015

Suite à la Nomination d’un nouveau Directeur Général de l’Agence pour la Promotion et le Développement de l’artisanat (l’APDA), en ma qualité de leader d’OPA mu par le seul souci du devenir de l’artisanat sénégalais et de ce bel outil de promotion qu’est l’APDA. Témoin oculaire de la gestion qu’en ont fait les différents Directeurs qui se sont succédé à sa tète, il fallait que le CNCAS/Artisanat apporte au nouveau Directeur Général un appui pouvant lui éviter l’échec de ses prédécesseurs pour son propre bénéfice et celui des artisans.

Comme une prémonition de ce qui se passe à l’agence, j’avais tiré la sonnette d’alarme dans une précédente contribution sous la forme de Note d’audience en date du 31 Janvier 2013.

Les préoccupations soulevées naguère demeurent toujours d’actualité. Voici la teneur de la Note d’audience en question

 

Sans titre

N 0007 CNCAS/ SG/AMT

 

Dakar, le  29 janvier 2013

 

Le Bureau

Monsieur  IBRA NDIAYE  Directeur Général de

L’Agence pour la Promotion

et le Développement de l’Artisanat  (APDA)

Objet / Note d’audience

 

Monsieur le Directeur Général

 

En nous recevant en audience aujourd’hui, 31 janvier 2013 suite à notre lettre de félicitation en date du 11 Décembre courant, nous ne pouvons que vous remercier de cette rencontre en dépit de multiples préoccupations hautement plus importante que l’objet de notre visite.

Vous avez devant vous Monsieur le Directeur Général l’organe de direction du  Cadre National de Concertation des Artisans du Sénégal <CNCAS / Artisanat > qui a entre autres mandat, de vous féliciter de vives voix de votre nomination a la tête de notre Agence en vous souhaitant plein succès dans les ruptures que vous ne manquerez certainement pas de faire si vous voulez comme nous vous le souhaitons une gestion pragmatique, vertueuse et efficace.

 

Pour conduire ces ruptures, Il est  important  de choisir les hommes et les femmes qui ont les profils requis et de réelles compétences, de la fraicheur dans la réflexion et la prise d’initiative dans l’encadrement immédiat de l’artisanat, pour conduire cette mission exaltante. Il n’en manque pas dans le secteur. C’est le seul moyen à notre avis pour qu’on en finisse avec l’incompétence,  la gabegie et  les tâtonnements dans la mise en œuvre de la politique de promotion de l’artisanat.

 

Le travail de redressement concernant l’Agence est avant tout, a notre avis, l’épuration de la clientèle politique qui grève considérablement le budget de l’agence sans cause. En privant aux ayants droits que sont les organisations professionnelles d’artisans et les entreprises artisanales, des moyens leur permettant de faire le travail de productions, de créations d’emplois, de sensibilisations, d’informations et de massification de leurs structures. Nous espérons que vous ferez le nécessaire pour rendre attractive et visible l’Agence par une démarche où,  les agents vont servir l’artisanat et non s’en servir.

 

Monsieur le Directeur Général, La mission que s’est assignée le Cadre National de Concertation des Artisans CNCAS/Artisanat est de servir de carrefour  d’échanges et de concertations entre les différents acteurs du secteur avec, nous le souhaitons et le voulons l’appui de l’agence. Pour la promotion d’un environnement favorable à l’essor et au développement des (OPA) dans l’apprentissage  et le perfectionnement ainsi que l’alphabétisation des maitres artisans.

 

Pour sortir l’APDA de la mauvaise gestion où elle se trouve, il urge  de prendre des mesures hardies de restructuration et de réorientation stratégique. Il ne faut guère s’y tromper, pour réhabiliter cet outil précieux pour les artisans, la pilule sera forcément amère. Elle passe par faire l’état des lieux de l’agence en sévissant s’il ya manquement, la recomposition  du personnel avec des choix de profil conforme aux missions dévolues à la Structure.

 

 

Vous pourriez compter sur le CNCAS, Monsieur le Directeur Général, pour vous appuyer en étant votre interlocuteur et facilitateur  vis-à-vis des artisans partout ou il sera nécessaire jusqu’au  Conseil de Surveillance pourquoi pas. C’est pour nous organisation faitière représentant tous les artisans un moyen de prendre en compte les préoccupations des artisans dans cette instance de décision qui valident les grandes orientations de l’APDA.

 

Dans cette œuvre de déconstruction et de reconstruction de l’existant, les nouvelles autorités devront s’atteler au renforcement des capacités de l’APDA afin de la doter des moyens d’intervention dont elle a besoin pour rendre lisibles et visibles ses missions, nous ne manquerons pas d’en parler au ministre quand il nous recevra. Dans cette nouvelle donne, des études avaient été menée par des cabinets, qui dorment dans les tiroirs de l’agence depuis 2004 sans que les artisans ne voient un début d’exécution.

 

Des projets, entièrement ficelés portaient sur la création des guichets uniques de services à l’artisanat (GUSAC) validée le 06 juin 2008 et le Centre National de Promotion et d’Exportation Artisanale Permanente (CNPEAP) dont un site de 2ha  était même trouvé a Diamniadio pour la réalisation des actions de développement, sans oublié, le Programme de Professionnalisation par la Labellisation de l’Artisanat Sénégalais (PROLABEL) en 2005. D’autres études sont encore en l’état dans le Plan d’Opérations Stratégiques (P.O.S) de l’APDA 2004 – 2008. Il s’agit de les dépoussiérer pour les remettre au goût du jour, de les négocier s’il ya lieu et de les appliquer sur le terrain au bénéfice des artisans. Notre forte conviction, c’est, dans  l’exécution des projets et programmes, l’outil le plus approprié c’est l’APDA.

 

Dans ce sillage, il urge Monsieur le Directeur Général d’insister auprès de la tutelle et auprès du Président de la République pour doter l’APDA d’un siège visible, fonctionnel  et digne de ce nom. C’est tout aussi important pour les partenaires et les artisans ultimes bénéficiaires des actions de l’Agence.

 

Mais, combien de projets  et de programmes destinés à l’artisanat n’ont eu aucun impact sur le développement du secteur jusqu’au terme de leur réalisation. Aucun mécanisme de  pérennisation et de contrôle n’ayant été mis en place lors de leur conception. D’où la nécessité de déconstruire l’ancienne approche, de refonder une vision innovante et de reconstruire une nouvelle politique et équipe plus pertinente avec un impact certain sur le vécu quotidien des artisans. Dans cette œuvre de reconstruction de l’APDA monsieur le directeur général, des hommes du passé, n’ont pas leur place pour avoir montré leur incurie.

 

En  tout état de cause, il urge pour nous CNCAS/Artisanat de faire réfléchir et  agir les personnes qui assument, à tous les niveaux et dans tous les domaines de l’artisanat des responsabilités. L’artisan étant un réservoir de talent, son éclosion ne doit pas être entravée par l’action de l’Etat comme c’est le cas dans ces 12 dernières années.

 

Dans  l’exécution des projets et programmes comme je l’ai dit plus haut, l’outil le plus approprié c’est l’APDA. La Direction de l’artisanat, faut-il le rappeler, doit être l’inspiratrice de la politique nationale de développement de l’artisanat en plus, du rôle de gestion de la tutelle des chambres de métiers encore faudrait-il que la compétence et l’efficacité soient au rendez-vous. Dans ce même ordre d’idée, le fond de promotion de l’artisanat qui se chiffre à 350 millions doit être logé à l’APDA pour une utilisation judicieuse au profit des artisans.

 

Concernant le Fonds de Garantie et d’Investissements Prioritaires (FONGIP) ainsi que le  Fond Souverain d’Investissement Stratégique (FONSIS) nous saluons leurs créations par le Président de la République et aimerions en connaitre d’avantage.

En conclusions Monsieur le directeur général, nous souhaitons tenir dans un proche avenir l’assemblée Générale de renouvellement de nos instances. Pour ce faire une tournée nationale est envisagée dont nous souhaitons votre appui ainsi que votre présence effective a cette journée.

 

En vous renouvellent nos sincères remerciements pour cette audience, monsieur le directeur général,  recevez encore une fois nos félicitations les plus appuyées et nos encouragements pour la réussite totale avec nous, de votre mission. Nous vous remercions de cette capacité d’écoute.

 

 

Amdy Moustapha THIAM

Secrétaire Général CNCAS/Artisanat

Elu à la chambre de métiers de Dakar

Président de L’union des professionnels de la Métallurgie (URPAM)

 

Les points saillants soulevés dans la note montrent à souhait le caractère promontoire de nos préoccupations. Le véritable service qu’on a à rendre à notre secteur l’Artisanat, c’est de rechercher toujours et d’appliquer les solutions justes qui servent réellement l’intérêt général et non pas de pratiquer un sentimentalisme désuet qui consiste à répondre oui à tout, aux choses justes et injustes, pour se faire une popularité, une clientèle à partir de gentillesses, de générosité de prodigalités sur le compte de l’Etat.

D’un autre coté, L’Artisan aussi doit avoir la capacité politique et professionnelle de se prononcer de manière concrète et fréquente sur l’organisation de la société dans laquelle il entend vivre. Celle-ci doit donc être une société de responsabilité exprimant aux divers niveaux, la capacité de L’Artisan à participer a la définition de son univers social et professionnel.

La responsabilité quelle qu’elle soit, exige de celui qui en est dépositaire de toujours faire le choix des cimes, au risque de tomber dans les abîmes.

Amdy Moustapha THIAM

Comments are closed.

Numéros Utiles

Indicatif Sénégal (de l’étranger) :

221

Renseignements :

12 12

Horloge parlante :

15

Aéroport :

33 869 50 50 / 33 628 10 10

Sénélec (dépannage) :

33 867 31 00

Sénélec (délestage BCC) :

33 839 94 35

SDE (dépannage) :

800 11 11

Sonatel (dérangement) :

13

Hotline Orange :

41 41

Commissariat Central :

33 823 25 29 / 33 823 71 49

Gendarmerie num vert :

800 20 20

SOS MEDECINS :

33 889 15 15

SUMA ASSITANCE :

33 824 24 18 / 33 824 60 30

POMPIERS :

33 823 03 50

Centre anti poison :

818 00 15 15