Accueil / SOCIETE / Apologie du terrorisme- Le présumé terroriste Ibrahima Ly donne sa version

Apologie du terrorisme- Le présumé terroriste Ibrahima Ly donne sa version

Attrait à la barre de la chambre criminelle spéciale, hier, pour apologie du terrorisme, acte de terrorisme et association de malfaiteurs en vue de préparer des actes terroristes, Ibrahima Ly a nié les faits qui lui sont reprochés. Devant le juge, il a donné sa vérité des faits.  

En prison à Dakar, Ibrahima Ly avait fait une vidéo dans laquelle il témoigne de son cynisme. Entouré de deux autres Français ayant rejoint l’Etat islamique, Ly cautionne les attentats contre Charlie Hebdo, mais encore appelle-t-il à des attentats massifs contre la France. Pis, il lui est reproché également de s’être rendu à Raqqa en Syrie pour combattre, mais aussi pour convaincre plus de 400 jeunes combattants à rejoindre l’Etat islamique. A la barre de la chambre criminelle de Dakar, hier, le mis en cause a nié les faits. A l’en croire, il n’est pas quelqu’un de violent et jamais il n’a pensé rejoindre l’Etat islamique pour combattre. Et s’il s’est rendu en Syrie, c’est pour apprendre l’Arabe et le Coran. « Je suis né en France et c’est à l’âge de 10 ans que je suis revenu à Dakar. Après mes études coraniques à Kanel, je suis allé en Syrie. C’est parce que je voulais choisir un pays où on parle Arabe. Je suis parti en Syrie avec Abou Khadija, plus précisément à Raqqa. Abou m’a dit qu’en Syrie, il y avait des écoles où on ne paye pas, Il y avait des bourses gratuites. La preuve, il m’a dit que son frère était là-bas », a-t-il déclaré. Sur une question de savoir comment il s’était rendu en Syrie, il dira avoir effectué le voyage par voiture. « J’ai choisi de passer par la route parce que c’était plus facile pour moi. Quand on est arrivé à Raqqa, deux personnes sont venues vers moi avec une caméra pour me demander d’où est-ce que je venais. On nous a logés dans une maison où on nous interdisait de sortir. Ils m’ont posé trois questions : est-ce que je suis venu pour apprendre ? Pour combattre ? Ou pour rester ? », a-t-il dit, avant de préciser qu’il était venu pour apprendre l’Arabe et le Coran.

«Pourquoi j’ai été habillé en militaire avec une arme à la main»

Mais quand il est arrivé à Raqqa, explique-t-il, il y avait des bombardements. Ainsi, cherchait-il par tous les moyens de quitter ce pays. « Je ne savais pas qu’il y avait la guerre. Je ne suis pas quelqu’un qui est violent. Abou m’a dit que l’endroit où on allait, il n’y a pas de guerre. J’ai vu son frère partir et revenir, c’est ce qui m’avait convaincu », a encore dit Ibrahima Ly. Lors de son interpellation, des photos ont été découvertes dans son portable et il était en tenue militaire avec une arme à la main. « Sur l’essentiel des photos, c’est des photos réelles. Quand je suis arrivé à Raqqa, il faisait froid. Je suis allé au marché et j’ai acheté des manteaux en treillis qui étaient vendus là-bas. Pour le fusil, je suis parti au cybercafé et on m’a dit il faut que je prenne des photos pour dire à ma famille que j’allais bien. Vu la façon dont il parlait, il fallait que je joue ce rôle pour m’échapper », a-t-il déclaré. Avant de continuer : « J’ai été trahi, on m’a promis des études dans des écoles. Quand je suis venu, tout le monde était armé, hommes et femmes. J’ai lutté pour sortir de ce pays-là pour revenir ici au Sénégal. Ils m’ont donné le nom de Abou Azam ». Pourquoi est-il revenu au Sénégal ? Ibrahima Ly a soutenu que c’est parce qu’après sa vidéo, il a pensé que s’il retournait en France, il allait être arrêté parce que c’est un pays de mécréants. « Comme j’ai des parents ici, je suis revenu au Sénégal. J’avais même décidé d’aller voir le consul français au Sénégal pour lui expliquer mon départ et mon retour », a dit Ly. Il faut dire que son propre frère, Mansour Ly, et son ami, ont été arrêtés en France pour des actes de terrorisme. Ils ont dit que c’est Ibrahima Ly qui les avait convaincus de rejoindre la Syrie. « Lorsque j’ai été en Syrie, je n’ai eu aucun contact avec qui que ce soit. Par ailleurs, je regrette même la vidéo », a conclu le mis en cause. Toutefois, l’audience a été suspendue jusqu’à ce matin pour le réquisitoire du parquet et la plaidoirie de la défense.

Cheikh Moussa SARR

À voir aussi

gendarme chez la mère de Sonko: Le procès fixé au 7 novembre prochain

Suite et pas fin de l’affaire du gendarme de la Section de recherches (Sr) qui …

Deux Sénégalais tués au Brésil

Deux Sénégalais ont tués au Brésil en deux semaines, selon Les Echos qui donne la …