Approche de la Korité- Les prix des denrées flambent

 Un tour dans des marchés de la banlieue suffit pour se rendre compte d’une hausse des prix de certaines denrées. L’ayant confirmée, des femmes interrogées appellent les autorités à mettre des garde-fous pour réglementer le commerce, surtout, en milieu pauvre.

Au marché Bène Baraque, les femmes sont unanimes à déplorer la hausse des prix de denrées, à une dizaine de jours de la Korité. «Nous sommes très inquiètes. Il faut que les autorités interviennent. Certains commerçants profitent de la fête pour hausser les prix des pommes de terres, du poivre, du piment, de l’huile, du sucre et autres», déclare Thillo Sarr, une dame trouvée en train de faire ses achats. Panier en main, Daba revient du marché de Thiaroye et indexe une manie des vendeurs, à chaque approche de fêtes, à faire dans la spéculation. Elle accuse surtout les petits détaillants des marchés de certains coins. Au marché de Malika, les femmes interrogées parlent de la distance lointaine qui est à l’origine de la flambée des prix. «Les contrôleurs des prix ne peuvent pas accéder dans certains marchés, pour ramener les commerçants à la raison, à cause de l’enclavement», expliquent nos interlocuteurs. D’après Maïmouna Dia, trouvée au marché  Bou Bess de Guèdiawaye, le kilogramme de carotte et d’igname coûte 700 F Cfa, alors qu’avant l’approche de la fête, on pouvait avoir l’avoir à 400 ou 300 frs. Selon Modou Fall, un vendeur, la cherté dépend des grossistes. Il faut signaler que certaines légumes restent introuvables dans beaucoup de marchés de la banlieue. A chaque approche de fêtes, les populations en sont réduites à des stratégies alambiquées de débrouillardise, pour pouvoir s’approvisionner.

Sada MBODJ

Voir aussi

MODERNISATION DU MARCHÉ SANDIKA Des commerçants craignent un problème d’espace

  Des commerçants du marché ‘’Sandika de Pikine’’ ont salué, mardi, le projet de modernisation …