23 octobre, 2014
Accueil » SOCIETE » Après l’arrestation du maire de Yeumbeul Nord Les populations demandent l’inculpation des complices
Après l’arrestation du maire de Yeumbeul Nord  Les populations demandent l’inculpation des complices

Après l’arrestation du maire de Yeumbeul Nord Les populations demandent l’inculpation des complices

De l’avis des populations de Yeumbeul Nord, la justice qui vient d’arrêter le maire de cette commune, pour des litiges fonciers, doit suivre son cours pour faire tomber ses complices. Dans cette commune, nombreux sont ceux qui ont bénéficié de terrains illégalement de la part du maire.

9 heures, ce vendredi, devant la mairie de la commune d’arrondissement de Yeumbeul. Le personnel, composé des adjoints au maire, des agents municipaux et autres, n’a pas voulu répondre aux questions des journalistes sur l’arrestation de l’édile local. Mais, Laty Ndiaye, une riveraine de dire : «nous sommes ravis de l’arrestation de notre maire qui a bradé toutes les terres de notre localité. Nous le savions bien depuis longtemps, mais personne n’y pouvait rien. Toutefois, tous ses complices dans cette affaire doivent être mis au gnouf». Pour Amadou Ba, étudiant, «les populations de Yeumbeul Nord vivent toujours le calvaire des inondations, de l’insécurité, du manque d’éclairage public, sans assistance des élus locaux. L’inculpation du maire n’est donc pas une surprise pour nous qui savons qu’il a acheté plus de deux maisons, qu’il possède trois voitures de luxe, alors que

lorsqu’il arrivait à la tête de la maire, il n’était qu’un tailleur, loin de son opulence actuelle». Confirmant ces allégations des populations, une source policière de nous confier que «le maire de cette commune, arrêté pour escroquerie foncière d’un hectare de terre au niveau de la cité Comico, octroyait des terrains illégalement à ses agents, à des responsables des zones de l’Odcav, des

directeurs de structures des jeunes de la place et autres jeunes filles de la localité». Aussi, se voulant plus précis, un délégué de quartier de rappeler que Mamadou Lamine Diédhiou ne s’est jamais occupé des préoccupations des populations de sa localité depuis qu’il a été porté à la tête de l’institution municipale, en 2009. «Il a eu des contentieux fonciers, à plusieurs reprises, avec des dignitaires de la communauté Lébou à Yeumbeul, avec des particuliers, entre autres», poursuit notre interlocuteur. Une situation qui fait que l’état du Sénégal a le devoir de mettre fin aux pratiques du genre, en mettant à la tête des édifices publics, des personnes propres capables de résoudre les difficultés auxquelles les populations sont confrontées.

Sada MBODJ