telechargement-4

APRES LA  FETE DE LA TABASKI La galère chez les ménages

La fête de la Tabaski a vécu. Contrairement à ceux qui ont accompli la fête avec simplicité, c’est le début d’une longue galère pour tous ceux-là dont les familles ont été dépensières. En ne se mettant pas au diapason du contexte particulièrement difficile, beaucoup de pères de famille vont devoir solder les comptes des dépenses extravagantes.

Après la fête de la Tabaski, pour les musulmans qui n’ont pas regardé à la dépense, l’heure est à la gueule de bois. A l’heure de solder les comptes, beaucoup de trous ont été constatés par les ménages. En effet, en perspectives de la fête de l’Aid El Kébir, marquant le sacrifice d’Abraham, beaucoup de Sénégalais font recours à toutes sortes de gymnastiques pour effectuer des dépenses. Mais après les habits qui sont portés avec panache et les béliers achetés avec un brin d’orgueil, les pères de familles sont obligés de faire face à l’après-fête. Dans un pays où le plus grand nombre fait recours au système D pour entretenir la famille, déroger à la règle du rituel des grosses dépenses de fête, c’est s’éviter des soucis du lendemain. Malheureusement, dans ce pays, à chaque fête de Tabaski, chez les populations musulmanes, le présent semble compter plus que l’avenir. Il faut que la fête passe pour que l’on se rende paradoxalement compte, en se lamentant, qu’il y a d’autres dépenses récurrentes et qui ne peuvent pas attendre. En fait, quelles que soient les sommes qui ont été bousillées à l’occasion de l’Aid El Kébir, il va falloir manger et boire, payer ses factures d’eau et d’électricité. Il y a aussi le loyer à payer pour certains, les soucis de santé des membres de la famille, dans un contexte où la rentrée scolaire pointe son nez. Hélas, en voulant satisfaire les sollicitations des uns et des autres, la plupart des pères de famille vont devoir survivre dans la galère en attendant la prochaine fête.

Sidy THIAM (Correspondant)

Voir aussi

telechargement-5

ÉRECTION D’UNE BUVETTE SUR LA CORNICHE Aby Ndour persiste, Atépa annonce une plainte…

Entre Aby Ndour et l’Association Sos Littoral, la guerre est à son paroxysme. Atépa a …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *