Accueil / CULTURE / Après la musique Le plagia fait son entrée dans le théâtre

Après la musique Le plagia fait son entrée dans le théâtre

C’est une histoire singulière que celle à laquelle on a assisté ces derniers jours à Thiès. La troupe « Képar gui » accuse « Diankhéne » d’avoir plagié son œuvre. Il paraîtrait que le téléfilm «Deef ba mou bakhe » de la troupe de Serigne Ngagne diffusé à la RTS il y a 15 jours a été piqué à la troupe « Képar gui » qui l’a intitulé «Pékhé ». Au même moment, les accusés nient en bloc et profèrent des menaces. Thiey !!!

Source: L’Observateur
Tout a commencé selon Armand Diouf le président de la troupe « Képar Gui », quand en toute confiance, ils ont invité leurs aînés de la troupe « Diankhéne » à la répétition générale de la pièce « Pékhé ». C’était avant la mise en boîte de la production achetée par El Bachir en Avril 2006. Ce dernier a gardé sa marchandise jalousement dans l’attente du moment propice pour sa distribution en France et bien sûr dans le territoire national. Mais, un mardi pas tout à fait comme les autres, il a vu à la télévision nationale un téléfilm de la troupe « Diankhéne ».

Sauf que «Deef ba mou bakhe » est la copie parfaite ou presque de «Pékhé ». Armand affirme que «Cheikh Seck a répondu favorablement à leur invitation à la répétition générale et a même pris la parole pour féliciter ses jeunes homologues et est sûrement allé tout raconter à Ndiamé qui en a fait un scénario pour la RTS». Armand Diouf soutient avoir interpellé Oumar Seck président de la troupe Diankhéne sur les faits. Ce dernier lui a proposé de régler l’affaire à l’amiable. Sauf que les jeunes du Képar-gui n’ont pas envie de passer pour des copieurs et ont tenu à ce que le grand public soit mis au parfum de cette affaire. Pourtant Oumar Seck n’est pas, alors là, pas du tout, du même avis.

Joint au téléphone, il balaie tous les propos de son confrère d’un revers de la main. «C’est une accusation infondée», nous lance-t-il visiblement contrarié par le fait que l’affaire soit arrivée jusqu’à la presse. Pour lui le scénariste de «Deef ba mou bakhe», en l’occurrence, Nidamé Séne, est de bonne foi et surtout un auteur hors-pair qui a plus de 10 ans de carrière à son actif et n’a pas besoin de plagier qui que ce soit pour faire une belle œuvre. Interpellé sur le fait qu’il ait voulu étouffer l’affaire, il soutient que c’est Armand lui-même qui a voulu régler leur «différend » à l’amiable et non le contraire. Il va même plus loin et affirme qu’ils ne vont pas se laisser accuser à tort par des débutants et qu’ils feront le nécessaire pour y remédier.

Et le nécessaire pour lui, n’exclut rien ! Même pas d’aller devant la justice. Même s’il préfère ne pas trop s’avancer pour le moment sur le sujet. En attendant la suite, à Thiès, l’affaire prend de l’ampleur. De bouche à oreille, l’information passe et chacun y va (comme d’hab à Djolof) de sa version. «Affaire bou graw» !!!


À voir aussi

Décès de Lilyan Kesteloot, spécialiste des littératures négo-africaines contemporaines

L’universitaire et chercheuse belge Lilyan Kesteloot, spécialiste des littératures négro-africaines francophones, est décédé mercredi à …

Thione Seck s’épanche- Les Faux billets, Modou Kara, Youssou Ndour – Le lead vocal du Raam daan dit tout

Absent de la scène musique depuis quelques temps, Thione Seck compte signer son retour avec …