Accueil / SOCIETE / Après la noyade de deux garçons à Thiès Les populations de Diakhao exigent la fermeture du canal à ciel ouvert

Après la noyade de deux garçons à Thiès Les populations de Diakhao exigent la fermeture du canal à ciel ouvert

Gagnés par la désolation et la peur, après la mort par noyade de deux jeunes garçons de 11 ans tombés avant-hier dans le canal à ciel ouvert longeant les populeux quartiers de Diakhao et Thially, les habitants de ces localités exigent des autorités locales la fermeture de ce canal. À défaut, ils demandent sa clôture par des grilles de protection.

Source l’Observateur
«Trop c’est trop!». C’est ce cri de désespoir que les populations riveraines du canal périmétral Nord de Thiès ont lancé avant-hier. Après les fortes pluies de mardi et mercredi sur la cité du rail, deux enfants de 11 ans, se sont noyés dans ce canal. Parties à la recherche de tortues qui prolifèrent dans le canal en période d’hivernage, les victimes y sont tombées et ont été englouties par les eaux. Des faits que les populations riveraines ne peuvent plus tolérer. Selon elles, le canal créé dans les années 78-79, leur cause d’énormes préjudices. Beaucoup de pertes en vies humaines ont été enregistrées. «Il ne passe pas une année sans que le canal ne fasse des victimes. Si ce n’est pas à Thiès-Nônes, c’est à Diakhao, à Thially ou à Thionakh peulh», soutiennent certaines populations. «C’est un véritable danger public, un danger permanent», se désolent d’autres habitants de la localité. Ils signalent qu’ils ne peuvent plus continuer à voir leurs enfants ou leurs bêtes périr comme ça. «Il faut que les autorités fassent quelque chose pour nous protéger contre ce danger que constitue ce canal. Nous sommes vraiment fatigués», pestent des riverains. Ils interpellent la mairie de Thiès et déclarent que les autorités doivent fermer le canal. «Comment peut-on laisser comme ça, à ciel ouvert, un canal aussi dangereux ?» S’interrogent-t-ils. À défaut de la fermeture, les populations exigent sa clôture avec des fils barbelés.

Du côté de la municipalité, on reconnaît le danger que constitue ce canal à ciel ouvert, mais aussi l’urgence d’y apporter une solution. Joint au téléphone, l’adjoint au maire, Nguirane Ndiaye, signale que la fermeture des canaux à ciel ouvert est parmi les priorités de l’institution municipale. D’ailleurs, rappelle l’adjoint au maire, «nous avons déjà fermé celui de Keur Mame El Hadji». Mais, poursuit-il, «comme la réalisation d’un tel ouvrage demande des moyens colossaux, nous sommes en train de voir, avec l’aide de partenaires, comment financer un tel projet». Toutefois, il déclare que la mairie est en train d’étudier des solutions provisoires, avec la mise en place de fils barbelés tout au long du canal.


À voir aussi

Hlm Grand Yoff : Un enseignant retrouvé pendu dans sa chambre

Un enseignant au collège Hyacinthe Thiandoum,  âgé d’une soixantaine d’années a été retrouvé pendu dans …

Rufisque : Un homme égorgé pendant ses ablutions

Émoi et consternation à Rufisque. Un homme y a été égorgé ce vendredi pendant qu’il …