Accueil / ACTUALITES / Après la publication du rapport du Syndicat des architectes : Abdoulaye Baldé crie au «chantage», Ousseynou Faye se braque

Après la publication du rapport du Syndicat des architectes : Abdoulaye Baldé crie au «chantage», Ousseynou Faye se braque

Un feuilleton semble s’ouvrir entre les responsables de l’Anoci et le syndicat des architectes du Sénégal. Après la publication d’un rapport accablant sur leurs chantiers, Abdoulaye Baldé livre les dessous de la démarche des architectes. Et, le président dudit syndicat de se désoler du dilatoire que les responsables de l’Anoci voudraient installer.

Source : Le Quotidien
L’on s’achemine vers une guerre larvée entre les responsables de l’Agence nationale pour l’organisation de la conférence islamique (Anoci) et le Syndicat des architectes du Sénégal (Synas). Après que cette organisation a publié un rapport qui met en exergue les bizarreries constatées dans la conception et dans l’exécution des chantiers de l’Anoci (voir notre édition du week-end), le directeur exécutif de l’Anoci, Abdoulaye Baldé, sort de ses gonds pour tailler des habits «de maître-chanteur» au président du Syndicat, Ousseynou Faye. Selon M. Baldé, ce dernier «a appelé au secrétariat de l’Anoci, la semaine dernière, pour essayer de soutirer des marchés à Karim Wade sous la menace de faire un déballage dans la presse». En effet, il lie la publication du rapport à la menace alors proférée.

De l’avis de Abdoulaye Baldé, «ce comportement est irresponsable en ce sens que M. Faye n’est pas à son premier coup d’essai. Il l’avait tenté une première fois. D’ailleurs, son attitude avait ouvert des heurts entre lui et Amadou Deh, un responsable de la Setico, le bureau d’études qui donne des conseils techniques à l’Anoci». «Ce sont les gens de l’Anoci qui font du chantage», rétorque Ousseynou Faye que nous avons joint au téléphone, hier. Il jure n’avoir jamais appelé au secrétariat de l’Anoci. «J’ai eu des contacts avec ces gens par le biais de correspondances. D’ailleurs, ce sont eux qui nous invité à faire partie d’une commission chargée de faire l’inventaire des défauts constatés dans les chantiers et d’y apporter des correctifs. Lorsque le travail est terminé, nous leur avons écrit une lettre pour fixer le jour et l’heure de la présentation du rapport. Et, c’est un nommé Mamoudou Niang qui a répondu par lettre référencée n°000795Pr/Anoci/Pdt/De /Da/Mtg en date du 25 juillet 2007 pour dire que le président de l’Anoci (m)’a suggéré de convenir d’une date et faire une présentation unique et exhaustive de la situation sur les chantiers de l’Anoci», annonce M. Faye. Ce dernier révèle que «la date du 10, juillet a été retenue mais, les responsables de l’Anoci se sont débinés au dernier moment». Il rejette les accusations de chantage, en ce sens que «le rapport n’est pas fait par Ousseynou Faye intuie personae. C’est le travail de tous les architectes et de tous les techniciens de l’Anoci qui nous ont accompagnés sur le terrain et nous ont donnés les chiffres.» Et de rejeter : «Je ne connais pas Amadou Deh, ni d’Adam ni d’Eve.» Malgré ces explications du président du Synas, le dossier risque d’atterrir sur le terrain judiciaire. En effet, le Directeur exécutif de l’Anoci annonce une plainte, pour le moment non encore qualifiée, contre M. Faye. Seulement, une voie discordante s’élève du côté de l’Anoci pour infirmer la plainte de l’Anoci. Le chargé de la communication de cette structure, Cheikh Diallo, ne trouve pas l’intérêt de saisir la justice. Car, argumente-t-il : «Ce serait donner trop d’importance à Ousseynou Faye. Ensuite, l’on ne veut pas non plus citer Le Quotidien dans cette affaire.»

Par contre, M. Faye affiche sa détermination à aller jusqu’au bout de cette affaire. «Ils n’ont qu’à faire ce qu’ils veulent, nous les attendons de pied ferme. C’est leur droit d’ester en justice et le moment venu, nous allons répondre.» Mais, regrette-t-il, «cette querelle que les responsables de l’Anoci veulent installer n’est que de la diversion. C’est du bluff. Ils n’ont qu’à répondre sur le rapport et apporter des explications au peuple Sénégalais. Nous avons développé des arguments techniques sur le rapport, ils n’ont qu’à opter pour le débat par les arguments. Il ne faut pas se dérober !»

Par ailleurs, même si l’Anoci renonce à sa plainte, le syndicat confirme sa volonté de formaliser la sienne. M. Faye confie : «Nous allons saisir le Tribunal pénal international (Tpi) pour crime économique. Car, les faits sont gros. De même, une lettre sera adressée au président de la Commission nationale de lutte contre la non-transparence, la corruption et la concussion.» Et d’interpeller : «Le Forum civil, les ingénieurs de travaux publics et les entreprises de Tp (Ndlr : Travaux publics) devant cette situation floue.»

À voir aussi

Macky honoré par l’Académie d’agriculture de France

Le président Macky Sall reçoit aujourd’hui, au Palais de la république, la plus haute distinction, …

Touba: Idy reçu par le lkhalife…

Idrissa Seck était à Touba, hier lundi, en prélude au Magal qui sera célébré dimanche …