Accueil / POLITIQUE / Après les législatives 2017- Rampe se projette déjà  sur la Présidentielle

Après les législatives 2017- Rampe se projette déjà  sur la Présidentielle

La Rencontre des Acteurs et mouvement pour l’Emergence (RAMPE), a fait face à la presse hier, pour faire le bilan des élections législatives du 30 juillet. Une occasion pour le coordonnateur Hamady Dieng de se projeter sur la Présidentielle de 2019.

Apres les Législatives de 2017, l’heure est au bilan.  Le collège exécutif de la  Rencontre des Acteurs et mouvement pour l’Emergence (RAMPE) s’est retrouvé pour discuter de  trois axes de réflexions qui vont encadrer sone action jusqu’en 2019 », a d’emblée déclaré le coordonnateur de RAMPE.

Selon Hamady Dieng le premier axe sera une évaluation intégrale de cette élection à partir de toutes les communes et de tous les villages. ‘’Nous allons d’abord analyser les forces et les faiblesses que la coalition BBY a eu à rencontrer lors des élections législatives.

Ensuite nous allons élaborer une stratégie globale de préparation, d’intervention et de présence lors du processus qui va conduire vers l’élection présidentielle de 2019. Enfin la troisième étape consistera à revisiter nos secteurs, c’est-à-dire  les comités de base de la Rampe’’, a détaille M Dieng.  Qui ajoute : ‘’Nous allons faire au mois de novembre jusqu’en janvier, des tournées à travers le Sénégal et la diaspora pour aller à la rencontre des leaders de la Rampe et dégager les perspectives des élections de 2019».

Interrogé sur le boycott de Wade en 2019, M. Dieng de noter chaque acteur est libre de ses actes et seul responsable de ses discours. « Le président Macky, tant qu’il gouvernera ce pays, c’est lui qui organisera les élections. Alors s’il y’en a qui ont choisi de prendre leur retraite  ils sont libres. Cela ne changera en rien l’évolution des choses. Nous n’avons pas de leçons à recevoir de Me Wade », a-t-il fait savoir.

Sur le cas d’Assane Diouf, Hamidou Dieng estimer qu’il est sidéré de voir qu’il y’a des sénégalais qui le soutiennent. ‘’C’est amer et douloureux. Insulter la première institution de notre pays, c’est un acte barbare.  Je  ne répondrai pas à ce monsieur, je considère qu’il est un perdu et a profité des réseaux sociaux pour dire ce qu’il veut et ce n’est pas ça le Sénégal’’,  s’offusque-t-il.

Khady Thiam COLY

À voir aussi

Fichier électoral: L’opposition envoie ses experts à la Daf

Dans une lettre adressée qui lui a été adressée, le Front de résistance nationale (Frn) …

Retour à Dakar : Des chefs d’Etat déconseillent à Karim

Karim Wade, exilé au Qatar,  compte regagner Dakar en début décembre 2018. Selon  Jeune Afrique, …