Accueil / ACTUALITES / Après les premières pluies d’hier : Dakar patauge

Après les premières pluies d’hier : Dakar patauge

La pluie qui s’est abattue hier sur Dakar a beaucoup affecté les populations. La circulation et l’évacuation des eaux stagnantes ont posé de gros problèmes. L’inondation dans les rues et dans les maisons est manifeste. De Dakar –Plateau aux Parcelles Assainies, en passant par Médina, Castors, Khar Yalla Grand- Yoff entre autres, les routes goudronnées et sablonneuses ne sont plus visibles à cause de l’eau. Terrible journée pour les populations.

La principale route allant des parcelles assainies jusqu’au rond -pont de la Patte d’Oie n’est plus accessible. Du rond-point nommé Magasin à la station Mobile de Grand Médine, on se croirait dans un fleuve. Ceci a fait que les cars devant passer à l’intérieur de Patte d’Oie créant ainsi, un tohu-bohu sur la circulation entre les particuliers et les transporteurs en commun. En plus des désagréments causés sur la circulation, les maisons ont eu leur part du gâteau. Dans ces quartiers, dès que la pluie commence, on assiste à des spectacles désolants.

Hommes, femmes, enfants s’arment de seaux et de toutes sortes de récipients pouvant évacuer l’eau des maisons. Après le calvaire des maisons, vient celui des devantures . Là, ce sont les hommes qui se battent. Les égouts sont ouverts, nettoyés pour qu’ils puissent recueillir l’eau. Tous les moyens sont bons pour trouver des solutions à ce problème récurrent. Des sacs de sables et des briques sont mis devant les maisons pour empêcher l’eau d’entrer. Dans certaines maisons de Grand- Yoff où le mur de la porte d’entrée est bas, des chambres sont inondées. L’eau peut monter jusqu’à la fenêtre. Pour se déplacer, on retrousse ses habits jusqu’aux genoux. Ndèye Fama ne cache pas son amertume : « À chaque hivernage, nous sommes confrontés à de sérieuses inondations. À quand le bout du tunnel ?»

S’interroge – t- elle. Ce que n’entrevoit pas Mme Seck habitant à Grand – Médine : « C’est dommage. Ce calvaire , nous le vivrons plusieurs années. Les autorités ne se soucient pas de notre promotion ». Cette situation déteint sur les activités. Les boutiques et les cabines téléphoniques n’ont pratiquement pas ouvert hier dans ce quartier de Dakar, réputé être le temple des inondations. Les populations interpellent l’ Office National de l’ Assainissement ( Onas). Leur tâche est ardue ( Voir encadré).


À voir aussi

Landing Savané contre l’arrestation de Khalifa Sall

En conférence de presse e samedi, Landing Savané se démarque de l’arrestation du maire de …

Le ministre Abdoulaye Diop décline des leviers pour venir à bout du chômage des jeunes

REWMI.COM- La question de l’emploi des jeunes est l’une des preoccupations majeures du gouvernement du …