téléchargement (3)

Après Macky, l’APR s’effondre

L’APR a une existence liée au pouvoir. Elle s’identifie à la personne de Macky Sall qui incarne la seule autorité. Elle n’a pas de structures fonctionnelles. Elle est un appareil politique dont les fondateurs ont une égale légitimité et une égale dignité.

Elle a une histoire et une présence. Mais elle n’a pas d’avenir. Personne dans le parti ne songe au futur. Tous ne pensent qu’aux Législatives et à la Présidentielle de 2019. Mais rien ne suggère que l’après-Macky se prépare et se construit. Aucun responsable actuel ne dégage un charisme et une force politique solide qui lui assure la légitimité de la relève.

Comme le PDS, aujourd’hui, éclaté parce que lié à la personne de Wade, l’APR risque le même sort. Si le PS, malgré la défaite de 2000,  les défections  et la crise qu’il vit reste encore sur le champ politique, c’est parce que son Senghor et Diouf ont réussi à y unir sans confondre et à y distinguer sans opposer  autour de valeurs immuables.

L’APR est à la sauce-gombo. C’est un parti arc-en-ciel qui a fait qu’une belle irruption pour ensuite disparaitre. Dans ce parti,  on  trouve tout et du tout.  Sa force politique s’explique par la détention du pouvoir. Si ce pouvoir n’est plus entre ses mains, elle s’effondre. Seule, elle n’a aucune majorité. Une coalition lui donne l’apparence trompeuse d’un parti majoritaire et c’est ce qui, malheureusement, met certains de ses responsables dans un état d’arrogance et de suffisance qui provoque le rire par-ci, et stimule la rage, par-là.

Mais après Macky, le parti s’effondre.

Domou rewmi

Voir aussi

presi-juppe-1-1

Le Président du MEDS, invité d’Alain Juppé à Bordeaux

Ce sont les perspicaces radars de Rewmi Quotidien, déployés au pays de Gaulles, qui nous …