Accueil / Education / Après la tentative de division avortée Serigne Mbaye Thiam éloigne Macky des enseignants

Après la tentative de division avortée Serigne Mbaye Thiam éloigne Macky des enseignants

En prenant solennellement fait et cause pour les enseignants lors de son adresse à la nation, le chef de l’Etat pensait si bien faire. C’était sans compter avec cette main. Cette main socialiste qui brise encore un début de rapprochement.

Les yeux rivés sur le petit écran, la concentration au maximum, les enseignants s’attendaient encore une fois à voir Macky Sall «colérer» contre eux. Mais surprise ! Le fait que le Président de la République ait pris l’engagement devant la nation de répondre favorablement à un de leurs points revendicatifs, a été bien apprécié. Déjà, dans les lycées et collèges, la tendance était de convaincre le sommet de la possibilité d’offrir une chance au gouvernement, au vu de cette bonne disposition présidentielle. Mais paf ! Le Ministre de l’Education était encore là. Serigne Mbaye Thiam oublie sa posture de tutelle et semble s’élancer vers un règlement de compte avec certaines têtes syndicales, d’où un combat d’égo. Il est clair que la position du ministre reflète plus une personnalisation de sa position de pouvoir contre principalement le Cusems d’Abdoulaye Ndoye dont il garde encore que de mauvais souvenirs. Et cela, malheureusement, le président Macky Sall tarde à le comprendre. Ce qui est conforté par la tentative diabolique de diviser les syndicats, en parlant de fissures dans leurs rangs au sortir d’une rencontre avec le Khalife général des Tidianes et dont certains ont purement boycotté son appel. Et cette sortie du Ministre de l’Education nationale crée beaucoup de dégâts. Elle remet en selle les grévistes et dope leur détermination. Dans les pays civilisés, une telle sortie ratée conduirait moralement à une démission. Mais le plus grave dans ce contexte de grève généralisée, c’est que l’on semble saboter les actes salutaires posés par Macky Sall pour calmer le jeu. Alors qu’il ne reste que pratiquement deux mois dans le calendrier scolaire, l’heure était plutôt à une démarche intelligente de rapprochement et de consolidation. Le grand perdant serait alors le Président Sall, candidat à sa propre succession. Ses  efforts viennent d’être annihilés par un allié socialiste dont la gestion du département de l’éducation commence à irriter certains pontes de l’Apr.

Pape Amadou Gaye

À voir aussi

Dette de 5 milliards : La Cepes n’exclut pas de rompre son contrat avec l’État

Le privé risque de ne pas accepter les nouveaux bacheliers orientés. La conférence des établissements …

Taux de réussite, recalés… : Le Bac 2018 en chiffres

Ils sont 148.335 candidats 153.867 inscrits à s’être présentés au bac 2018, selon les données …