Accueil / ACTUALITES / APRÈS UN AN D’EXISTENCE, LE CENTRE DE TRAITEMENT DES ADDICTIONS TIRE UN BILAN POSITIF

APRÈS UN AN D’EXISTENCE, LE CENTRE DE TRAITEMENT DES ADDICTIONS TIRE UN BILAN POSITIF

« Plus de deux mille » consultations ont été enregistrées au Centre de prise en charge intégrée des addictions de Dakar (CEPIAD), où 405 patients ont reçu un traitement, un bilan jugé « globalement positif », un an après le démarrage des activités de cette structure, a indiqué samedi son coordonnateur technique, le docteur Idrissa Bâ.

« Le bilan est globalement positif. Depuis que nous avons ouvert le centre, nous avons enregistré 405 patients et plus de deux mille consultations », a-t-il dit lors d’une « journée portes ouvertes » organisée par le CEPIAD, un centre logé au centre national hospitalier universitaire de Fann.

« Beaucoup d’activités de convivialité, qui peuvent intéresser les patients, ont été organisées ici, parce que les patients qui viennent nous voir sont sans boulot », et donc souvent sans revenus importants, a-t-il ajouté.

Ouvert en décembre 2014, le CEPIAD a commencé à prendre en charge des patients le 2 février 2015.

La « journée portes ouvertes » a été organisée parce que le centre « n’est pas très bien connu du public », même s’il reçoit des patients, a expliqué Idrissa Bâ.

« Les contraintes que vit le centre peuvent être situées à plusieurs niveaux. Concernant les ressources humaines, nous n’avons pas suffisamment d’agents formés, nous avons un déficit en ce qui concerne le personnel infirmier et l’équipe sociale », a-t-il signalé.

Sur le plan « paraclinique », a poursuivi le médecin, « nous allons nous orienter vers le ‘test and treat’ des malades atteints du Sida ». « Nous devons les tester et les traiter. Et pour cela, il nous faut du matériel. »

Le CEPIAD va « mener une sensibilisation permanente sur les VIH et les hépatites », en même temps qu’il va dérouler « d’autres activités, comme les cours d’alphabétisation et de renforcement de niveau en français » des patients, selon l’un de ses agents, Ousmane Gaye.

Les usagers des drogues « ne sont pas des délinquants, ils méritent d’être suivis et traités » médicalement, a-t-il ajouté.

 

À voir aussi

Relisez les Go de Cébé – semaine du 13 au 19 novembre 2017-

Go Wade refuse son nom à l’AIBD  Un ego surdimensionné ? Le fait qu’on a …

Mbagnick Diop, initiateur des ALA: « Ma fiertè c’est d’avoir réuni 36 nationalités différentes africaines »

REWMI.COM-Après le succès fulgurant des African Leadership Awards (ALA) qui s’est tenu à Paris le …