téléchargement (7)

Après un voyage de 48 heures de Rio à Dakar : Les athlètes sénégalais débarquent avec des complaintes

Après avoir été ballotés sur les parquets et les pistes de Rio où ils n’ont eu aucune médaille, comme on pouvait s’y attendre, trimballés pendant 48 heures de Rio (Brésil) à Dakar (Sénégal) en passant par Luanda (Angola), Addis Abeba (Ethiopie) et Bamako (Mali), les athlètes sénégalais sont rentrés hier au bercail.

 En catimini. Fondusdans la masse, c’est à peine s’ils se distinguent des autres voyageurs. Sauf quand les tuniquesaux couleurs vert-jaune-rouge sonnent l’alerte. Comme qui dirait pas de médaille, pas d’accueil chaleureux. Après avoir encore vécu pendant 48 heures (départ de Rio dimanche à 21 h) le même calvaire qu’à l’aller, de Rio (Brésil) à Dakar (Sénégal) en passant par Luanda (Angola), Addis Abeba (Ethiopie) et Bamako (Mali), les athlètes arrivés tous lessivés, n’avaient pas de temps à perdre à l’aéroport où aucune autorité, encore moins de comité d’accueil, n’attendait. Le vol Ethiopian à peine atterri (16h30), la première vague d’athlètes sort et s’empresse de vider les lieux après quelques mots aux micros des journalistes.

Amadou Ndiaye, 400m haie : «La préparation n’a pas été à la hauteur»

«Nous rendons grâce à Dieu. Nous y sommes allés et nous revoilà sains et saufs. La compétition était dure, mais on a fait de notre mieux pour atteindre nos objectifs. Malheureusement, je n’ai pas réussi, parce que je m’étais fixé comme objectif d’atteindre au minimum les demi-finales. Je n’ai pas été excellent dans ma course, en effectuant un mauvais finish. La préparation, qui n’a pas été à la hauteur et le manque de compétition, ont beaucoup joué sur cette mauvaise campagne. J’ai aussi reçu un peu tard ma bourse. Donc je n’ai pas pu réussir une bonne préparation. J’espère que les autorités tireront des enseignements à ce niveau.Mais c’était une première pour moi. J’y suis allé pour apprendre car c’est ma première participation à des jeux olympiques. La prochaine fois,on essayera de faire mieux en évitant les erreurs qu’on a commises lors de cette édition. Les conditions du voyage étaient difficiles, mais heureusement pour moi, j’avais presque une semaine de repos et de préparation avant de commencer la compétition».

Balla Dièye, Taekwondo :

«Les conditions n’étaient pas réunies»

« Je rends grâce à Dieu. J’aurais aimé ramener une médaille dans mon pays, mais Dieu en a décidé ainsi. Nous avons donné le meilleur de nous-mêmes, mais c’est la loi du sport. C’était du haut niveau, du très haut niveau. On a vu beaucoup de surprises cette année, notamment des champions olympiques qui n’ont pas fait de bons résultats. Mais on est extrêmement contents. L’essentiel c’était d’aller à Rio pour chercher une médaille. Moi je me suis donné à 100%. Et c’est un combat très difficile qui m’attendait. Malheureusement, je ne suis pas arrivé là où j’espérais. Maintenant on va continuer le travail pour remporter des médailles. Des regrets je n’en ai pas eu pour le combat. Je n’ai pas hésité à frapper, j’ai pris pas mal de risques durant ce combat. Tout le monde disait d’ailleurs que c’était l’un des meilleurs combats de ces jeux olympiques. La seule déception que j’ai, c’est de revenir au pays sans médaille. Toutes les conditions n’étaient pas réunies, parce j’ai perdu 4 mois ici au Sénégal. Quand on voit l’Ivoirien qui a décroché une médaille d’or, recevoir 63 millions FCfa pour sa préparation…Le Nigérian qui est dans le même centre que moi, a reçu 92 millions FCfa pour se préparer. Pendant ce temps moi, j’ai tapé à toutes les portes pendant 4 mois, mais je n’ai pu me préparer qu’avec ma bourse olympique. Je suis donc allé à ces jeux avec les moyens du bord. En plus, j’ai reçu la subvention la veille de notre départ pour Rio. J’espère qu’on tirera les conséquences de cette campagne pour faire mieux la prochaine fois ».

Isabelle Sambou, lutte:

«J’espère que les générations à venir disposeront de ce qui nous a manqué»

«C’est une grande déception pour nous tous, parce que nous n’avons pas eu ce que nous voulions pour le Sénégal, une médaille. Ça nous fait mal car nous ne nous attendions pas à une telle campagne. Nous demandons pardon au peuple sénégalais, qui comptait sur nous pour faire flotter le drapeau national. Surtout dans le domaine de la lutte. Pour cet échec, je remets tout à la volonté divine. Bien qu’il manquait certaines choses, dont je ne veux pas trop parler, j’espère que les générations à venir disposeront de ce qui nous a manqué. C’est l’appel que je lance aux autorités ».

Mame Diodio Diouf, basket : «Nous avons beaucoup appris de cette expérience »

« D’abord le fait de participer à cette grande compétition est très important pour nous. Tout le monde sait que les jeux olympiques, c’est le rendez-vous de la crème des champions. Nous étions aussi dans une poule très difficile, avec de grandes équipes. On s’est préparés, mais malheureusement, on n’a pas pu remporter de match. Mais l’essentiel pour nous dans cette compétition, c’était de participer et de tirer des enseignements de ces confrontations. Tout le monde sait qu’on était ici à Dakar et qu’on devait se rendre dans certains pays pour disputer des matches de préparation. C’était d’une importance capitale, mais cela n’a pas été fait, je ne sais pas pourquoi. Nous ne sommes que des joueuses, nous respectons la Fédération, nous respectons tout le monde. Le peuple est derrière nous. Nous lui demandons pardon et l’invitons à beaucoup plus de compréhension car les jeux olympiques, c’est le très haut niveau. Nous avons beaucoup appris de cette expérience ».

L’OBS

Voir aussi

telechargement-8

BASKET- 18 clubs en lice pour la montée à l’élite

Le tournoi de montée en première division, qui se joue à partir de ce lundi, …

Open