18 décembre, 2014
Accueil » ACTUALITES » Arame Ndiaye Seck, première épouse de Mapenda Seck, après l’abandon de son domicile conjugal : «Je ne boxe pas dans la même catégorie que Fatou Gueweul»
Arame Ndiaye Seck, première épouse de Mapenda Seck, après l’abandon de son  domicile conjugal : «Je ne boxe pas dans la même catégorie que Fatou Gueweul»

Arame Ndiaye Seck, première épouse de Mapenda Seck, après l’abandon de son domicile conjugal : «Je ne boxe pas dans la même catégorie que Fatou Gueweul»

Après la sortie de Fatou Gueweul avec Mapenda avec à la télé, Arame Ndiaye la première épouse de ce dernier a quitté son domicile conjugal. Elle a également tenu à remettre la nouvelle conquête de son mari à sa place, criant haut et fort qu’elle ne boxe pas dans la même catégorie que l’ex-douce moitié de Petit La.

Source : L’Observateur
Arame Ndiaye Seck, a enfin décidé de parler. Et c’est pour clouer au pilori tous ceux qui pensent qu’elle a abandonné le domicile conjugal à cause de Fatou Guéweul. A l’en croire, elles ne sont pas du même calibre. Mme Seck affirme qu’elle ne boxe pas dans la même catégorie que cette dernière. La mine grave, le regard perçant, elle ajoute que Fatou Gueweul est sa grande sœur, qu’elles n’ont pas les mêmes fréquentations. « Je  n’ai que mon mariage, je ne connais que Mapenda, j’ai toujours refusé de travailler, car je voulais être au service de mon mari et de mes enfants nuit et jour» renchérit-elle.
 Un mariage avec Mapenda scellé grâce à Thione Seck
À cœur ouvert, Mme Seck nous renvoie d’abord dans le passé, pour souligner que c’est grâce à Thione Seck qu’elle a connu son mari. Mapenda manifestant de l’intérêt à son égard, le leader du «Ram Dann » se chargea de faire les présentations lors d’une soirée dansante. Depuis, il ne l’a pas quitté des yeux et Mapenda, en bon gentleman, s’est acquitté de son devoir en lui demandant son adresse dans le dessein de la revoir. Inutile d’expliquer comment il est parvenu à conquérir le cœur de cette dame qui lui a donné de petits chérubins. Et avec fierté, Arame nous avoue que c’est parce que qu’elle vouait de l’adoration à son mari, qu’elle a accepté d’être une femme de foyer, une épouse soumise. «Je ne me suis jamais fatiguée de lui faire son thé. De lui choisir ses habits, de le parfumer et de m’assurer qu’il est très bien correct. Ses  shampoings, savon …Tout était un plaisir pour moi de m’occuper de lui comme un bébé » dit-elle sans ambages.
 « Je ne suis pas jalouse et c’est pas à cause de Fatou Gueweul que je suis partie »
 Elle tient à préciser qu’elle n’est pas une femme jalouse, car connaissant la célébrité de son mari, elle ne lui a jamais fait de scandale, encore moins de représailles. « Je l’ai toujours laissé libre de faire ce qu’il veut. C’est un musicien, il doit être ouvert à tout le monde. Il ne sort jamais pour que je lui demande où il était. Où que son téléphone portable sonne pour que je le décroche. Ce qui m’a poussé à partir, Mapenda le sait, moi je le sais et je n’en dirais pas un mot de plus. Sachez tout simplement que ce n’est pas à cause de ma nouvelle coépouse. Je ne répondrais jamais aux coups car ce sont mes enfants qui comptent. Je ne veux pas tricher » dit-elle d’une manière révoltante et prête à jurer qu’elle boira le calice jusqu’à la lie.
 Outrée par le show que le couple Mapenda-Fatou Guéweul a fait à Walf Tv
 Malgré son stoïcisme à vouloir minimiser coûte que coûte la nouvelle relation de son mari avec la diva, il n’en demeure pas moins, qu’elle n’apprécie guère la prestation que le couple s’est tapée le jour de la tabaski. Pour la réplique de cette sortie, elle a été succincte pour dire tout de go : « Ce n’est pas l’apanache d’un musulman d’agir de la sorte, de s’exhiber ainsi. Je sais que Mapenda, là où il me place, il ne le fera avec aucune autre femme et je pèse bien mes mots. Ceux qui ne savent pas peuvent toujours jaser car personne ne peut le maîtriser. Je que j’en sais, personne ne le saura. Je me suis sacrifiée pour lui et je ne le regrette pas aujourd’hui » se défend t-elle de dire.
 Refus de demander un « Takku Deunneu »
 En effet, juste après les noces de son mari, Arame a quitté le domicile en amenant avec elle à la zone B son dernier enfant Mouhamad qui ressemble beaucoup à son père. Les trois autres son restés avec leur père. En la taquinant pour savoir si elle a demandé un « Takkou Deuneu » à Mapenda, elle nous balance qu’elle n’a en pas besoin. « Je ne lui ai rien demandé « Da Ma Sour Démbe Tey Dora Ngiouye » (je suis rassasiée financièrement depuis ma naissance). Ceux qui me connaissent savent qui je suis. Malheuresement , je n’ai pas connu mon père Babacar Ndiaye décédée lorsque j’avais 4 ans. Grâce à ma mère Aminatou Diop et mes sœurs, j’ai appris l’endurance dans la dignité.
 Elle ne compte pas retourner chez elle pour le moment
 Certes son mari lui a demandé de revenir à la maison, mais Arame refuse, du moins pour le moment, car elle estime avoir des raisons personnelles pour agir de la sorte. « Mon mari m’appelle tous les jours à plusieurs reprises de la journée. D’ailleurs j’ai laissé tous mes bagages à la maison, je suis auprès de ma mère et c’est tout ce qui compte pour le moment. Les enfants ont été secoués au début de l’affaire, ils en étaient même malade mais dieu merci, ça va mieux » termine t-elle, déterminée à suivre les exigences de son cœur et de sa raison. Sur cette première sortie de l’épouse de Mapenda jusque-là inconnue au public, nous l’avons quittée relaxe dans une très jolie robe se plaignant de n’avoir pas de bonnes pour le ménage de la maison. Teint clair, taille svelte, elle paraît résister à cette tension qui a miné son ménage. Sans vouloir creuser davantage sur cette relation privée, l’avenir nous édifiera sur le sort de Arame qui a tout donné à son mari et dont les aléas de la vie lui a joué des tours.