téléchargement (2)

Arnaque sur le foncier : Les victimes d’Agir Immo exigent leur indemnisation

Le collectif des victimes d’Agir Immo réclame les 2,5 milliards de FCfa que lui doit le promoteur déjà condamné par la justice. Hier, en conférence de presse au siège de la Raddho, les membres dudit collectif disent ne pas comprendre pourquoi celui qui les a arnaqués, ne leur a jusque là pas remboursé leur argent.

Abdoulaye Youssou Diagne, le patron de l’agence « Agir Immo », est un ancien greffier et qui s’occupait des liges fonciers avant de démissionner pour se lancer  dans l’immobilier où il a fait des victimes du Nord au SUD de l’EST à l’Ouest. Les plaignants, constitués en collectif, demandent réparation après détournement des fonds qu’ils avaient immobilisés pour l’obtention d’un toit. Face à la presse hier, ledit collectif, amené par son président, Aliou Badara Guèye, est en ordre de bataille pour rentrer dans ses droits. Il compte, à travers des dénonciations et des manifestations, attirer l’attention de l’opinion publique et celle des autorités sur ce qu’il appelle  l’un des plus grands scandales fonciers de ces dix dernières années. « Aujourd’hui la justice a œuvré pour la manifestation de la vérité en rendant un verdict conforme au droit. Condamnant Abdoulaye Youssouf Diagne à 3 ans  de prison ferme et au paiement  d’une somme  de 3 milliards à ses victimes » a-t-il fait savoir.

Leur bourreau étant un  homme qui maîtrise les rouages de la justice, le collectif dénonce les lenteurs notées dans leur dossier. « La justice a mis à nu ses déclarations dans lesquelles, il ne ratait jamais de nous jeter à la figure sa maîtrise  des arcanes de la justice. C’est pourquoi, à chaque fois, il passait  entre les mailles du filet en obtenant  une liberté provisoire  de la part  de la chambre d’accusation. Pour le reste, il revient à nos avocats  de faire  le nécessaire  afin que tous les biens du sieur Diagne soient identifiés pour que les victimes puissent  rentrer dans leurs fonds » a-t-il insisté il ajoute : « l’Etat à quelque part soutenu ce grand escroc. Pendant notre procès, il a osé brandir certains documents, signés par des préfets, sous-préfet ou encore certaines autorités militaires. Il y’a une complicité des autorités. »

K.DIEME

Voir aussi

telechargement-5

ÉRECTION D’UNE BUVETTE SUR LA CORNICHE Aby Ndour persiste, Atépa annonce une plainte…

Entre Aby Ndour et l’Association Sos Littoral, la guerre est à son paroxysme. Atépa a …