Accueil / ACTUALITES / Arret des programmes de la ville de Dakar Khalifa Sall critique sévèrement l’Etat

Arret des programmes de la ville de Dakar Khalifa Sall critique sévèrement l’Etat

Le maire de la ville de Dakar reste constant dans ses déclarations comme quoi que cette affaire a un soubassement politique. Pour étayer ses propos, Khalifa Ababacar Sall a indiqué que tout est à l’arrêt à la ville de Dakar. L’Etat a bloqué tous les projets de la ville. 

A la reprise de son procès, hier, Khalifa Sall s’est attaqué sévèrement à l’Etat du Sénégal qui, selon lui, est en train d’utiliser tous les moyens dont il dispose pour stopper un adversaire politique. Le député-maire de Dakar a affirmé que tout est à l’arrêt à la ville de Dakar. L’Etat a tout bloqué. « Nous avions beaucoup de programmes pour Dakar mais, nous avons en face de nous un adversaire qui ne veut pas qu’on fasse un bilan. Il nous met certes dans des difficultés mais c’est à nous de les surmonter. », a déclaré Khalifa Ababacar Sall. A l’en croire depuis qu’il a commencé à avoir maille à partir avec la justice, les banques leur disent d’attendre que les choses se décantent. Tout de même, il indique que c’est un combat politique et ce qui est gênant, c’est que ce sont les populations qui en pâtissent. En réponse à une question des avocats de la défense, le maire de la ville de Dakar a soutenu que la mairie a un programme innovant qui, consiste à faire de telle sorte que les 19 communes puissent disposer chacune d’un terrain à gazon synthétique. « J’espère que l’Etat ne nous dira pas vous n’avez pas le droit. Notre ambition c’est d’améliorer le cadre de vie des sénégalais. Mais ceux qui sont en face font tout pour nous nuire », s’est-il désolé. Il a expliqué par ailleurs que le cinéma El Mansour a été acheté en 1996 par Mamadou Diop à 50 millions pour la ville. « On nous a informé qu’un privé l’a acheté et le liquidateur l’a vendu en 2010 à 50 millions.

« Tous les audits auxquels nous avons été soumis ne nous ont pas épinglés »

Alors que dans cette zone tout le monde sait que la valeur c’est au moins 450 millions. Pendant que je suis en prison, on m’a informé que l’agent judiciaire de l’Etat s’est constitué dans cette affaire contre la mairie de Dakar », a encore déclaré le maire. Sur une question de savoir est-ce qu’il a détourné de l’argent, Khalifa Ababacar Sall rétorque : « Il n’y a pas de corruption à la mairie et je n’ai jamais touché à un franc de l’Etat. Vous savez même en matière de marché, la ville de Dakar fait partie des meilleures de la première autorité contractante selon l’Armp. Nous étions tout le temps le premier », s’est-il glorifié. Avant de poursuivre : « tous les audits auxquels nous avons été soumis ne nous ont pas épinglés. L’argent public nous était quelque chose d’impensable à toucher. J’ai fait ma déclaration de patrimoine pour moi et pour ma famille. Toutes les attributions que j’ai faites je les ai faits avant que je n’exerce des fonctions dans l’Etat. Je suis l’un des rares maires à ne pas avoir un bail de m2 à Dakar. Je suis prêt à faire une procuration à la Crei, au procureur pour fouiller mes avoirs. Je n’ai pas de prête nom, je n’ai détourné aucun fond de l’Etat ». Toutefois, il renseigne que tout le monde sait qu’il s’agit de fonds politiques mais, ils sont devant un tribunal et chacun essaye de sauver sa peau.

Khalifa Sall fait encore sa déclaration de patrimoine

Le maire de Dakar Khalifa Ababacar Sall est également pour blanchiment de capitaux. Pour contester cette accusation, l’édile de Dakar a rappelé que depuis sa dernière déclaration de patrimoine en 2014, il n’a pas fait d’autres acquisitions immobilières. « La déclaration de patrimoine de 2014 n’est pas celle de 2009. En, effet, il y’a eu deux nouveaux éléments notamment des terrains achetés à Yen (3 millions) et un autre terrain qui a été baillé à Popoguine (BENOIT Sarr avec le maire de Popoguine qui le lui ont offert en 2015). Non sans oublier mes comptes bancaires », a précisé le prévenu. Concernant l’association de malfaiteurs, le maire a dit que les agents de la ville de Dakar sont au nombre de 4.000. « Pour les percepteurs, ce n’est pas moi qui les ai responsabilisés dans la gestion de ces fonds. On ne s’est jamais concerté sur cette question. Il ne peut y avoir de concertation pour commettre une association de malfaiteurs.  La preuve, j’ai conservé l’équipe que j’ai trouvée sur place. Ils ont été choisis parce qu’ils sont les plus méritant », a-t-il éclairé. S’agissant du détournement de deniers publics, le député-maire a expliqué : « Les revenus que j’ai sont tirés de ressources que je peux justifier. Il n’est pas possible de retrouver dans mes ressources un quelconque sou qui proviendrait des ressources publiques ».

Les co prévenus contestent toujours les faits

Il faut dire que ses autres co-prévenus ont été questionnés par les avocats de la défense. Tout comme Khalifa Ababacar Sall, le percepteur Oumar Bocoum a nié toute stratégie ou réunion avec les autres dans le but de commettre des actes délictuels ou de détournement. A l’en croire, il n’a fait que respecter la règlementation pour décaisser les fonds. « De 2011 à 2015, je n’ai jamais rejeté une dépense de la caisse d’avance.  Je n’ai rien violé en payant. Je n’ai violé aucun texte. On a fait que respecter scrupuleusement les textes en ce qui concerne le paiement d’une caisse d’avance. Il y a une mauvaise interprétation de ces articles qui disent qu’on a violé la loi. Rien ne s’opposait au paiement », a-t-il dit. Pour Fatou Traoré, elle a indiqué qu’elle avait des autorisations de signer. Quant à Yaya Bodian il a soutenu qu’il n’a pas d’observation à faire. « Quand je faisais ces factures c’était juste pour des mesures comptables. Je n’ai pas fraudé », a-t-il dit. Ibrahima Yatma Diao de son côté a dit qu’il n’y avait pas un aspect informel. « Il y a une commission qui existait. Je n’ai jamais envoyé des spécimens de signature », a-t-il soutenu.

Cheikh Moussa SARR

À voir aussi

IMF sur la grève du Syjust: «Les ponctions sur les salaires, c’est la loi»

Venu présider, hier, l’ouverture de l’atelier de restitution sur la collecte des statistiques pour l’année …

Touba: Un Malade mental tué

Un véhicule a violemment heurté un malade mental sur la route Dahra-Touba. Le déficient mental est …