Accueil / ACTUALITES / ARTICLE 6 DU RÉFÉRENDUM- Macky s’engage encore devant la pression des Français et des Américains

ARTICLE 6 DU RÉFÉRENDUM- Macky s’engage encore devant la pression des Français et des Américains

Le contraire aurait étonné. Devant le tollé suscité par son revirement spectaculaire, un des points focaux, dissimulé dans le projet du référendum, va connaitre un changement. Macky s’est encore engagé !

 Cela pourrait passer inaperçu, si certaines pressions diplomatiques n’étaient pas exercées sur le président de la République. Par crainte de voir le Sénégal basculer vers une probable révolte, ce point -l’article 6- de tous les dangers, sera précisé dans le nouveau texte soumis au Peuple sénégalais. Il s’agit notamment du mandat en cours qui fera partie intégrante des nouvelles dispositions de la nouvelle Constitution. Depuis la sortie du chef de l’État sur la question du référendum, des voix s’étaient levées pour dénoncer la question du mandat en cours. Ses détracteurs ont défendu que ce mandat n’est pas pris en compte dans le nouveau texte et qu’au terme de son mandat, Macky Sall ne serait qu’à son premier mandat et pourrait aller vers trois mandats. Au cas où, il aurait la confiance renouvelée du peuple sénégalais.

Sur les pressions combinées des Usa et de la France, Macky Sall va préciser en des termes très clairs le contenu de l’article 6. Il sera mentionné dans le nouveau texte « que ce mandat en cours est intégré dans la limitation des mandats. » La restauration du quinquennat pour le mandat présidentiel sera ainsi clarifiée car prenant en compte le mandat en cours. Un changement qui va certainement diluer l’effervescence des contestataires et redorer un peu son image que d’aucuns pensent écornée après sa volte-face. En tout cas, au regard de la lecture nationale et internationale, on ne pourrait pas dire que c’est bien parti pour le chef de l’État.

Pape Amadou Gaye

À voir aussi

Dialogue sans l’opposition significative Le « monologue » d’Aly Ngouille Ndiaye

Le dialogue national s’ouvre aujourd’hui entre le pouvoir, une partie de l’opposition et de la …

GO : Jules jugé par une ‘’con-sœur’’

Les conneries, c’est comme les impôts. On finit toujours par les payer. Ainsi, quand une …