ACTUALITE

ASSAINISSEMENT DU CADRE DE VIE L’opération «Ville sans sachets» en marche

  • Date: 10 juin 2015

 L’Etat du Sénégal met les bouchées doubles pour lutter contre le péril plastique. Pour ce faire, le ministère de l’environnement va lancer  une  campagne  nationale «Ville sans plastique».

Une campagne de sensibilisation dénommée «Ville sans plastique» va bientôt démarrer sur le territoire national, dans le cadre de la vulgarisation de la loi relative à l’interdiction du plastique votée, le 21 avril et promulguée le 4 mai derniers. En effet, l’opération «ville sans sachets» se fait dans le cadre de l’assainissement des villes pour permettre aux citoyens de vivre dans les meilleures conditions d’hygiène. La méthode est finalement assez simple : actions de sensibilisation et d’information soutenues par la négociation et le dialogue. L’opération «Ville sans plastique» doit donc s’accompagner d’une information et d’une sensibilisation simple et forte qui doit rendre l’action pérenne. Une application directe du principe de réduction de déchet à la source. C’est ainsi qu’une vaste campagne d’information à l’endroit de tous les acteurs, aux niveaux national et déconcentré, sera initiée afin de lever toutes les équivoques et craintes inutiles, pour une compréhension de l’esprit de  la lettre de la loi», a expliqué Idrissa Baldé, conseiller technique au ministère de l’environnement et du développement durable. «Notre conviction est que cette loi pourra nous apporter des satisfactions si elle est appliquée de manière intelligente et rigoureuse», a poursuivi M. Baldé. C’était en marge d’un atelier de partage et de concertation sur la loi relative à l’interdiction de la production de l’importation de la détention, de la distribution et de l’utilisation de sachets plastiques de faible micronnage. Des rencontres, a-t-il ajouté, permettront d’avoir une bonne compréhension, une large diffusion de la loi et constituent aussi une préparation de la phase déconcentrée de la campagne ‘’ville sans plastique’’.

La croissance verte pour de nouveaux défis économiques et environnementaux

Par ailleurs, l’Etat entend développer une politique forte de développement de la croissance verte. En effet, la croissance verte, articulée autour de politiques économiques et sociales basées sur des technologies et des modes de production écologiquement rationnel, est un levier essentiel dans le développement durable, a souligné Amadou Lamine Diagne, directeur des Financements verts et des Partenariats au ministère de l’Environnement et du Développement durable. La croissance verte dépasse le simple cadre des emplois dans les filières environnementales, qui en sont toutefois une partie; elle est une nouvelle façon de concevoir le développement économique, respectueuse des hommes et des milieux naturels, a-t-il poursuivi.  Le contexte de crise financière, économique, sociale et climatique doit conduire les acteurs économiques à relever les nouveaux défis économiques et environnementaux pour parvenir à une situation de compétitivité renforcée et de croissance, tout en recherchant une utilisation efficace et modérée des ressources et le renforcement de la compétitivité, au développement des activités et de l’emploi.  Il a rappelé qu’à l’instar de la communauté internationale, le Sénégal s’est inscrit dans la dynamique d’impulser une croissance verte, à travers la stratégie décennale du plan Sénégal émergent dont le pilier 2 vise le renforcement du capital humain, la protection sociale et le développement durable. L’objectif, selon lui, est d’inscrire notre trajectoire de développement dans une direction compatible avec les principes de l’économie verte qu’ont l’utilisation rationnelle des ressources naturelles et la limitation des déchets en fonction des capacités d’absorption des écosystèmes.

M. BA

Numéros Utiles

Indicatif Sénégal (de l’étranger) :

221

Renseignements :

12 12

Horloge parlante :

15

Aéroport :

33 869 50 50 / 33 628 10 10

Sénélec (dépannage) :

33 867 31 00

Sénélec (délestage BCC) :

33 839 94 35

SDE (dépannage) :

800 11 11

Sonatel (dérangement) :

13

Hotline Orange :

41 41

Commissariat Central :

33 823 25 29 / 33 823 71 49

Gendarmerie num vert :

800 20 20

SOS MEDECINS :

33 889 15 15

SUMA ASSITANCE :

33 824 24 18 / 33 824 60 30

POMPIERS :

33 823 03 50

Centre anti poison :

818 00 15 15