Accueil / ECONOMIE / Assainissement: Le PNDDAA, un nouveau programme pour démocratiser  le secteur 

Assainissement: Le PNDDAA, un nouveau programme pour démocratiser  le secteur 

Un Programme national de Développement durable de l’Assainissement autonome (PNDDAA) vient d’être présenté au Sénégal. Il a pour but de faire accéder les ménages des villes sénégalaises, dont les plus pauvres, à un assainissement autonome de qualité.

 « Avec le Programme national de Développement durable de l’Assainissement autonome, je peux affirmer avec force que nous sommes en train d’assister à une révolution de l’assainissement au Sénégal, avec un changement de paradigme permettant, in fine, de démocratiser l’accès à un système d’assainissement autonome ». Ces  propos sont du Directeur de l’Office national de l’Assainissement du Sénégal (ONAS), Lansana Gagny Sakho. Il s’exprimait hier à l’occasion d’une cérémonie de présentation du PNDDAA, est un outil stratégique visant à coordonner les approches et les méthodologies dans le sous-secteur de l’assainissement autonome (AA) en milieu urbain au Sénégal, dans le but d’atteindre les ODD en 2030. D’après lui, il y a deux types d’assainissement : l’assainissement collectif et celui autonome. Ce qui constitue une innovation majeure en matière de politique d’assainissement et qui va permettre au plus grand nombre d’avoir accès à des toilettes propres. Ce programme entre en droite ligne de la politique d’amélioration des conditions de vie des populations dans le cadre de l’assainissement. A cette occasion, M. Sakho a rappelé la continuité de la politique affichée par l’Etat à travers des investissements chiffrés aujourd’hui à 300 milliards de francs CFA. A cela s’ajoute également l’implication du secteur privé dans la gestion de la chaine de valeurs de l’assainissement autonome.  Sur ce, il a fait savoir que les réflexions dans ce domaine vont porter sur les grandes lignes, mais surtout comment accélérer une politique d’accès à l’assainissement essentiellement dans les centres périurbains et en milieu rural. A l’en croire, actuellement, le Sénégal est engagé dans le secteur de l’assainissement avec une forte volonté politique. C’est une réorganisation institutionnelle qui va permettre d’accompagner tout ce processus et on devrait arriver à des résultats performants. Cette rencontre a été une occasion  pour le DG de l’ONAS de faire un plaidoyer pour une réforme du secteur de l’hydraulique au Sénégal. Selon M. Sakho, l’assainissement a un coût  et l’ONAS a moins de 15% de la redevance sur le prix de l’eau. Il urge aujourd’hui de rééquilibrer les choses et de revoir la part de la SONES, à l’image de ce qui se fait en Tunisie, à travers un partage équitable de la redevance allouée à ce secteur. En effet, ce nouveau programme se veut un outil stratégique visant à coordonner les approches et les méthodologies dans le sous-secteur de l’assainissement autonome en milieu urbain au Sénégal, dans le but d’atteindre le volet assainissement des Objectifs de développement durable (ODD) en 2030.

 

Zachari BADJI

 

À voir aussi

Sénégal: Les “Modou-Modou” ont injecté 1000 milliards dans l’économie

Les ModouModou du Sénégal ont apporté plus de 1000 milliardsFcfa à l’économie du Sénégal. C’est …

Balance de paiement :Un excédent estimé à 527,3 milliards en 2018

La Banque centrale des Etats de l’Afrique de l’Ouest (BCEAO) a  organisé, hier lundi, la …