une deputé-1

ASSEMBLEE : 1ère SESSION EXTRAORDINAIRE 2016 Les députés aux abonnés absents !

C’est un rituel qui nourrit inlassablement le sentiment antiparlementariste au Sénégal. Hier, à peine un député sur cinq avait pris la peine de se rendre à l’Assemblée nationale à l’ouverture de la première Session extraordinaire de l’année 2016.

Albert Camus a dit un jour que « l’essentiel est de bien faire son métier ». Mais pour bien travailler, encore faut-il aller au bureau! Surtout quand il s’agit d’élus. Mais au Sénégal, il semble que nous avons une assemblée buissonnière !  L’on se demande même si nos députés assument-ils tous pleinement les fonctions pour lesquelles nous les avons élus? Nous en doutons fort ! Sans surprise, les images de l’hémicycle clairsemé et de ses bancs et chaises désespérément vides ont rapidement enflammé les réseaux sociaux. En effet, sur 150 députés que compte l’Hémicycle, presque la moitié n’ont pas répondu présent. Pour être plus précis, seuls 98 députés étaient présents dans l’Hémicycle pour 52 absents.
Ce qui n’a pas manqué d’indigner internautes et observateurs de la vie politique. Le Président de l’Assemblée nationale ne voulant pas enfreindre la loi qui veut qu’au moins, 75+1 des parlementaires soient présents pour atteindre le quorum requis, s’est sacrifié à un exercice : les appeler pour procéder au décompte des élus «présents». Constat, un fort taux d’absence noté. Du coup, de justesse, cette session a échappé à l’ajournement.

En tout cas le président Sall devrait signer une loi visant à licencier les députés pour leur absence non justifiée, ainsi que pour la perte de contact avec les électeurs. Cette loi permettrait, au moins à augmenter la discipline parmi les élus et rendre leur travail plus conscient, car pour devenir député, il faut être responsable devant ses électeurs. Il est regrettable de constater qu’au Sénégal, nos autorités ne sont pas autant préoccupées par la qualité du travail de leurs élus.

A signaler que la Session de ce mercredi devait porter sur la refonte partielle du fichier électoral et le fonctionnement des services publics sanitaires. Au terme de l’ouverture de la première Session extraordinaire de l’année 2016, le bureau s’est retiré, pour fixer la date de la tenue de la Session extraordinaire, à venir.

Mouhamadou BA

Voir aussi

pds-23-05-2014_08.05.44

PROBLEME DE LEADERSHIP, NON-RENOUVELLEMENT DES INSTANCES DE BASE… L’affaire Karim divertit le Pds

Depuis l’arrivée du Président Sall au pouvoir et le déclenchement subséquent de la traque des …