Accueil / ECONOMIE / Assemblée générale ordinaire de la Fongs : Le ministre de l’Agriculture dénonce le trafic des intrants subventionnés.

Assemblée générale ordinaire de la Fongs : Le ministre de l’Agriculture dénonce le trafic des intrants subventionnés.

Le ministre de l’Agriculture et du Développement rural a dénoncé, samedi dernier, à Thiès, le trafic illicite d’intrants subventionnés par l’Etat sénégalais. Un trafic qui consiste à transférer ces dits intrants vers des pays voisins.

Source : Walf Fadjri
Le ministre de l’Agriculture et du Développement rural a fustigé l’attitude des spéculateurs. M. Hamath Sall, qui présidait la cérémonie de clôture de l’assemblée ordinaire de la Fédération des organisations non gouvernementales du Sénégal (Fongs), a souligné que l’Etat a pris toutes les dispositions pour mettre dans de bonnes conditions les paysans, notamment en ce qui concerne les intrants subventionnés qui font aujourd’hui l’objet de trafic.

Pour le ministre, qui réagissait en marge de la cérémonie, ces pratiques constatées dans certaines régions du pays, sont une agression manifeste contre les intérêts de l’agriculture sénégalaise en général et le monde rural en particulier.

D’un tel point de vue, il estime qu’au-delà des dispositions prises au niveau étatique en rapport avec les forces de l’ordre, il est temps que les acteurs du monde rural se mobilisent pour qu’un terme soit mis à de telles pratiques. La rencontre de Thiès a aussi été l’occasion pour le ministre de prendre à contre-pied tous ceux qui prédisent une campagne agricole désastreuse avec comme arguments l’insuffisance, la mauvaise qualité des semences entre autres questions. Aussi, dira-t-il, qu’en ce qui concerne les semences, des efforts importants ont été consentis par l’Etat sénégalais puisque aujourd’hui il y a une subvention de 50 % sur l’ensemble des semences.

Mais aussi que s’agissant de la plus importante spéculation qu’est l’arachide, le dernier pointage qui a été effectué à partir des informations que son département a recoupées et qui sont issues des services de l’Etat et des autres services évoluant dans le secteur du monde rural, indique que, sur le terrain, il y a une mise en place de 52 000 tonnes de semences d’arachide au niveau des différents points de vente. Et le ministre d’ajouter que sur ce tonnage mis en place il y a 48 000 tonnes qui sont aujourd’hui entre les mains des producteurs.

Pour les autres spéculations comme le maïs et le manioc, le ministre se veut aussi formel. ‘Tous les producteurs vous diront que l’Etat a pris toutes les dispositions qui s’imposent pour les mettre dans de bonnes conditions, et qu’il ne reste aujourd’hui qu’à prier pour que la pluie soit au rendez-vous’.

Ces mêmes efforts ont aussi été, selon le ministre de l’Agriculture et du Développement rural, consentis par l’Etat sénégalais en ce qui concerne les engrais. Car, fera-t-il savoir, malgré la crise qui frappe les Industries chimiques du Sénégal, principales pourvoyeuses d’engrais, l’Etat, en partenariat avec le secteur privé, a pu approvisionner les paysans en engrais à des prix subventionnés.

Le ministre a, en outre, tenu à rassurer les acteurs du monde rural quant à leur principale préoccupation qui se trouve aujourd’hui être le développement de la petite exploitation familiale rurale.

Ainsi, fera-t-il savoir, que le concept de développement rural n’est pas réintroduit par hasard dans le département de l’agriculture qu’il dirige. Et d’assurer que dans les mois qui viennent, il y aura toute une démarche qui va être développée pour permettre de prendre en charge tous les aspects liés à cette préoccupation qu’est le développement de la petite exploitation familiale rurale, la Petite et moyenne entreprise rurale, en somme de la micro entreprise rurale dans un cadre organisé avec l’ensemble des appuis dont bénéficient les autres entreprises.


À voir aussi

Soutien à Auchan : La CAP est né

Un Collectif d’appui à Auchan Sénégal (CAP Auchan Sénégal), vient d’être mis sur pied. Le …

Touba : 5.000 lampadaires pour illuminer la ville sainte

Dans certaines rues de Touba, il n’y a pas même d’éclairage public, les lampadaires ne …