une tabasse-1

ASSEMBLEE NATIONALE : Les députés de l’opposition battus, agressés, insultés et chassés de l’hémicycle

Les députés de l’opposition, qui avaient promis de bloquer les travaux des commissions techniques devant préparer le marathon budgétaire, n’ont pas atteint leur objectif. Les hommes de Me Abdoulaye Wade ont fait face à une résistance farouche des députés de la majorité présidentielle, qui les ont battus, agressés, insultés puis chassés de l’hémicycle.
La journée d’hier lundi à l’Assemblée nationale restera dans l’histoire de notre pays comme la plus honteuse. Insultes, bagarres, cacophonie, était le cocktail qu’a réservé l’installation des Commissions techniques qui s’est déroulée dans un chaos indescriptible. Ils avaient prévenu: ils allaient bloquer le fonctionnement de l’Assemblée nationale. Mais au finish, l’Assemblée a été transformée en ring. En réalité les députés de l’opposition et ceux du pouvoir se sont battus comme des lutteurs. La bande à Oumar Sarr, qui était venue pour dénoncer la reconduction de Modou Diagne Fada à la tête du groupe libéral et ensuite installer Aïda Mbodji. Mes ces députés de l’opposition, qui avaient appelé ses militants à envahir l’Assemblée ont certes perturbé les travaux au niveau de l’Assemblée nationale mais se sont heurtés à une forte résistance des députés de l’opposition. Des insultes, des coups de poing et des coups de sifflets ont été notés pendant que le ministre Abdoulaye Baldé prenait la parole. Une véritable pagaille s’en est suivie, obligeant la délégation ministérielle à plier bagage provisoirement.
Woré Sarr a failli passer de vie à trépas pour avoir été sauvagement tabassée. Elle a perdu connaissance, après qu’un parlementaire de “Benno Bokk Yakaar l’a torturée, sans retenue, en enfermant un de ses doigts entre le mur et la porte de l’Assemblée nationale. Oumar Sarr a été agressé sans retenue. Des députés se sont mis à envoyer des coups de pied au Sg national-adjoint du Pds. Leur opposant une résistance farouche, Oumar Sarr verra ses habits déchirés et partir en lambeaux. Thierno Bocoum sera également pris à partie par les députés de Benno Bokk Yakaar qui l’ont blessé. «Il y a une milice à l’Assemblée nationale, mise en place pour agresser les députés de l’opposition. Ce qui s’est passé, les députés de la majorité se sont regroupés pour attaquer, en bloc, leurs collègues de l’opposition», rapporte Thierno Bocoum, le visage tuméfié. Les députés de l’opposition, munis de sifflets, se sont mis à troubler le déroulement des travaux de cette Commission. Devant cette situation, la Commission a dû suspendre ses travaux, pour les reprendre quand le calme est revenu. Les gendarmes, qui sont intervenus, n’ont pas osé mettre la main sur les députés contestataires du fait de leur immunité parlementaire.
Me El Hadj Diouf, tête de file de cette rébellion, criait à hue et à dia : « nous voulons la démocratie, nous sommes là pour la loi. C’est du gangstérisme parlementaire».
L’ambiance était électrique à l’Assemblée nationale. Mais la forte pression des députés de la majorité présidentielle a obligé la bande à Oumar Sarr à quitter l’hémicycle pour s’adresser à la presse. Selon El Hadji Diouf, «ils ont ciblé Oumar Sarr, Woré Sarr, Thierno Bocoum et Mamadou Diop Decroix. Ils les ont insultés et agressés».
Les travaux ont repris normalement sans la présence de certains députés hostiles à Modou Diagne Fada. Face à cette déconvenue, l’opposition compte internationaliser le combat.

Ibrahima Khalil DIEME

Voir aussi

telechargement-6

INSECURITE ET SERIE DE MEURTRES Oumar fait … Maal aux Sénégalais

Le sang jaillit, coule et coule encore. Les esprits et les regards des citoyens sont …