Accueil / POLITIQUE / Assemblée nationale : L’ opposition boycotte Dionne

Assemblée nationale : L’ opposition boycotte Dionne

Le Grand oral du Premier ministre Boun Abdallah Dionne de ce jeudi, se fera sans l’opposition dite significative. Le Groupe Parlementaire Liberté et Démocratie a unanimement décidé de boycotter la séance de question au gouvernement.

Alors que les concertations sur le processus électoral battent de l’aile à cause du parrainage, l’opposition a décidé de boycotter le Premier ministre, lors de son passage aujourd’hui à l’Assemblée nationale. En conférence de presse, Me Madické Niang a expliqué les raisons de ce boycott au peuple sénégalais qui, dit-il, ‘’nous a mandatés pour le représenter et défendre ses intérêts.’’

« Pour dire notre ras-le-bol »

Selon Madické Niang, la seule arme dont l’opposition dispose pour faire face aux ’’dérives’’ de Macky, est le boycott. ‘’Le Président Sall et son gouvernement ne ratent aucune occasion de montrer qu’ils n’ont aucun respect pour l’Institution parlementaire. Pour suivre la volonté du Président Sall, l’Assemblée nationale viole en permanence les dispositions du règlement intérieur de l’Institution, perturbant régulièrement l’expression libre et démocratique de toute opinion parlementaire divergente des positions du Gouvernement’’, a expliqué le président du Groupe parlementaire Liberté et Démocratie. En effet, ‘’depuis le début de la législature, le Premier ministre n’est pas passé à l’Assemblée nationale pour répondre aux questions du Parlement, conformément à la constitution et au règlement intérieur de l’Assemblée nationale’’, déplore Madické Niang. Pis, ‘’le summum de l’irrespect a été atteint dans l’affaire Khalifa Sall qui a été une occasion de bafouer et de froisser, à un niveau jamais atteint, la dignité des parlementaires qui s’opposent aux directives du Président Sall, relayées par une majorité mécanique et aveugle’’, peste l’avocat, avant d’en rajouter une couche : ‘’tout observateur indépendant peut noter que les conditions de travail au niveau de notre Assemblée nationale sont inacceptables.’’ ‘’Le débat parlementaire est souvent escamoté lors des séances plénières, en violation flagrante du règlement intérieur. Depuis le début de la treizième législature, les députés, et principalement ceux de l’opposition et les non-inscrits, éprouvent, souvent, d’énormes entraves dans l’exercice de leur fonction. Ils rencontrent également des difficultés pour apprécier objectivement les textes du gouvernement et exercer pleinement leur travail parlementaire’’, ressasse-t-il.

‘’Le Parlement est incapable de jouer son rôle de contrôleur de l’action gouvernementale’’

L’Assemblée nationale n’arrive toujours pas à exercer sa mission d’évaluation des politiques publiques. ‘’Ainsi deux ans après l’adoption de la constitution en mars 2016, l’institution parlementaire est incapable de jouer le rôle de contrôleur de l’action gouvernementale, comme le veut notre Constitution, pour prévenir et arrêter les multiples abus dont la presse se fait l’écho’’, a révélé Madické Niang, furax. Il s’y ajoute que les rapports de la Cour des comptes, qui devaient aider les élus du peuple dans leur travail de contrôle, ne leurs sont jamais présentés. ‘’Le dépassement par le Gouvernement des autorisations budgétaire est une autre forme de manifestation du manque de respect du gouvernement à l’égard de l’Assemblée nationale’’, a fait remarquer Madické Niang. ‘’La dernière en date, dit-il, a été l’emprunt obligataire réalisé par le gouvernement au niveau du marché financier international.’’ En effet, ‘’le gouvernement dans une opacité manifeste, a emprunté sur le marché financier international des enrobons d’un montant de 1200 milliards de francs CFA. Un montant qui dépasse de très loin le montant de 641 milliards autorisé dans la loi de finances 2018. Un non-respect des autorisations qui a comme conséquences l’augmentation sans précédent de l’encours de la dette qui était déjà programmé pour un montant doublement inférieur. En une année, le Sénégal s’est endetté à hauteur de près de 1500 milliards de francs CFA. Un record historique ! Le niveau d’endettement du Sénégal dépasse 65% du PIB, si on tient compte des chiffres annoncés par le gouvernement. Mais, dans la réalité, le Sénégal dépasserait les normes de l’UEMOA, à savoir 70%. Les services de la dette ont atteint 37% des recettes fiscales dans la loi de finances 2018. Une situation inédite qui risque de se détériorer avec l’euro bond’’, dissèque-t-il.

‘’Non-respect des engagements du Pm’’

En effet, durant la douzième législature, Madické Niang révèle que le Premier Ministre n’a jamais respecté les engagements qu’il a pris devant les députés. Ainsi se rappelle-t-il des poursuites judiciaires contre les gestionnaires épinglés par le rapport de l’OFNAC. ‘’Aujourd’hui, aucune poursuite n’a été engagée devant la justice contre les personnes soupçonnées’’, a-t-il souligné. Pire, ajoute-t-il, l’OFNAC est aujourd’hui neutralisé par un Pouvoir Exécutif en plein dans la mal gouvernance. Le dernier rapport de l’ARMP le démontre à suffisance.

Le syndrome d’un ajustement structurel

L’opposition dénonce également les difficultés économiques et financières et un climat social tendu. ‘’Tous les secteurs sont en crise. L’insécurité se répand de plus en plus dans le pays. Les enfants ne sont mêmes pas épargnés. Le rapt d’enfants, devenu objet de tous les débats sociaux, est un phénomène incompréhensible dans un pays sérieux. La pauvreté a drastiquement augmenté. La misère s’est emparée des masses laborieuses. Cette situation interpelle tout le monde.’’ Pour toutes raisons précitées, les députés du groupe Liberté et Démocratie et les députés non-inscrits réunis, ont décidé de ne pas assister à la séance des questions au gouvernement. ‘’Nous refusons de nous faire passer pour une tribune de communication d’un gouvernement en difficulté dans sa mission de prise en charge des préoccupations des sénégalais’’, conclut Madické Niang.

M. BA

À voir aussi

Affaire Khalifa Sall: Révélations sur une réunion secrète entre Macky et ses avocats

Le procès en appel de la caisse d’avance de la mairie de Dakar se poursuit, …

 Hadjibou Soumaré chez le Khalife de Thiénaba

L’ancien Premier ministre, Cheikh Hadjibou Soumaré, poursuit sa visite de courtoisie auprès des familles religieuses …