Accueil / SOCIETE / ASSISES DAKAR 2007/POUR COUPS ET BLESSURES AYANT ENTRAINÉ LA MORT:Encore huit mois à purger pour Boubacar Diouf

ASSISES DAKAR 2007/POUR COUPS ET BLESSURES AYANT ENTRAINÉ LA MORT:Encore huit mois à purger pour Boubacar Diouf

7 ans d’emprisonnement, c’est la peine qui a été servie à Boubacar Diouf accusé d’homicide volontaire sur la personne de Matar Seck dit Vieux. Mis sous mandat de dépôt depuis le 26 mars 2001, Boubacar aura encore huit mois à purger.

Source le Matin
Devant la barre de la cour d’assisses de Dakar, Boubacar Diouf a été déclaré coupable de coups et blessures volontaires ayant entraîné la mort. Les faits remontent au 14 novembre 1998 aux environs de 15 heures à la suite d’une bagarre au quartier Lansar à Pikine. Lors de cette altercation, Boubacar Diouf a donné un coup de couteau à l’abdomen à Matar Seck. Ce dernier était venu trois fois à la maison de Boubacar Diouf et c’est à la troisième fois qu’il en est venu aux mains avec l’accusé.

Evacué et admis en réanimation à l’hôpital Principal, Matar Seck décéda des suites de sa blessure. Après le dépôt d’une plainte par sa famille, les éléments de la Brigade de Recherches procédaient à l’arrestation de Boubacar Diouf qui avait déménagé le lendemain même des faits à Guédaiwaye. Intérrogé, Boubacar Diouf déclara qu’il avait accidentellement blessé Matar Seck car ce dernier s’était introduit chez lui et proférait des injures à l’endroit de sa fille qui avait refusé ses avances. Ensuite, la bagarre est devenue plus sérieuse car Matar Seck était sorti prendre une grosse pierre qui lança en direction de Boubacar Diouf. Ce dernier a pris le couteau de cuisine posé sur le mur du perron et le poignarda. À la barre, hier, son épouse, Nafi Sakho et sa fille aînée, Aminata Diouf ont soutenu ces dires avec quelques variations.

Rejetant la légitime défense et la nécessité actuelle, l’Avocat Général, Antoine Diome a souligné que « au moment de prendre le couteau, l’accusé n’était pas menacé ». Pour le représentant du ministère public »le coup donné à l’abdomen qui est une partie vitale ne laissait aucune chance de survie à la victime ». M. Diome a, de ce fait, requis 20 ans de travaux forcés pour Boubacar Diouf. Ce qui mettra Me Papa Ndiaye, Avocat de la défense dans tous ses états. Pour lui, son client chauffeur de profession, marié et père de quatre enfants a des capacités d’amendement certaines. Dans sa plaidoirie, Me Ndiaye a demandé à la cour de disqualifier les faits en coups et blessures volontaires ayant entraîné la mort sans avoir l’intention de la donner.

Toujours, selon le conseil de Boubacar Diouf « il y avait une nécessité actuelle car la seule issue c’était de prendre le couteau pour assurer sa défense, celle de sa fille et de sa femme qui était à 7 mois de grossesse ». La cour après en avoir délibéré a déclaré coupable l’accusé et l’a comdamné à 7 ans de prison ferme. Mis sous mandat de dépôt depuis le 26 mars 2001, il lui reste huit mois à passer en taule.


À voir aussi

 Loi d’orientation sociale: Les non-voyants toujours en attente des décrets d’application

A l’instar de la communauté internationale, notre pays a célébré, hier, la journée internationale de …

Session de rattrape au Bac : 39 admis sur 1123 candidats

Les premiers résultats de la session de rattrapage au Bac sont catastrophiques. Sur 1123 candidats, …