Accueil / SOCIETE / ASSISES DE THIES Korka Diallo écope de 3 ans ferme pour enlèvement et meurtre d’un bébé

ASSISES DE THIES Korka Diallo écope de 3 ans ferme pour enlèvement et meurtre d’un bébé

La Cour d’assises de Thiès a jugé, hier, Korka Diallo et l’a condamné à 3 ans et 50.000 Fcfa de dommages et intérêts à payer à la partie civile comme peine civile. Elle était poursuivie d’enlèvement d’un bébé de deux mois et demi qui, par la suite, est décédé.

Source l’Observateur
Dans la nuit du 3 au 4 octobre 2002 à Bayakh dans le département de Thiès, aux environs de trois heures du matin, la nommée Penda Dieng alerte ses voisins de ce que son enfant, Yaya Diallo, un nourrisson de 2 mois et demi, né d’une relation adultérine, venait d’être enlevé par la nommée Korka Diallo. Une inconnue qu’elle aurait croisée à la gare routière où elle vend des œufs et qui l’aurait abordée pour qu’elle l’héberge car n’ayant pas retrouvé la personne qu’elle était venue voir. Ne se doutant de rien et aussi du fait qu’elle découvre que Korka dit être du même village qu’elle, elle l’a conduite chez elle où elle a passé la nuit. Selon Penda, cette dernière aurait attendu qu’elle soit dans les bras de Morphée pour commettre son forfait. C’est ainsi que Penda Dieng a informé Souleymane Diallo, le frère de son mari, et ensemble ils ont entamé des recherches dans l’espoir de retrouver l’enfant. Ce n’est que le lendemain que la dame Korka Diallo a été retrouvée à la gare routière de Bayakh et mise à la disposition de la gendarmerie. À l’enquête préliminaire et devant le juge instructeur, elle a soutenu que c’est Penda, elle-même, qu’elle a connue depuis la Guinée, qui lui a, en présence de Souleymane son beau-frère, demandé de partir avec l’enfant qu’elle lui offrait car ce dernier, né de relation adultérine, devenait encombrant pour elle. «C’est lorsque je retournais à Dakar qu’elle m’a poursuivie et a crié au voleur. Dans ma course, l’enfant est tombé de mes bras à deux reprises et s’est grièvement blessé au crâne et à l’avant-bras droit. C’est par la suite que l’enfant a succombé à ses blessures et que je l’ai jeté dans les buissons», poursuit-elle.

L’accusée parle d’une simple machination

Devant la barre, elle a nié avoir tenu de tels propos. Elle déclare que ne comprenant pas bien le wolof, les gendarmes avaient commis Souleymane comme interprète et que c’est ce dernier qui a dénaturé ses propos. «Suite à un appel téléphonique de Penda me faisant savoir que ma petite soeur Mariama était à Bayakh et qu’elle était malade, je suis descendue sur les lieux. Arrivée à la gare routière de Bayakh, j’ai trouvé Penda et Souleymane. Ce dernier de me signaler que Penda plaisantait, ma soeur n’était pas avec eux. Subitement Penda a crié au voleur soutenant que c’est moi qui ai volé son enfant. Prise à partie, j’ai couru pour me sauver. Ce n’est que le lendemain que je suis sortie de mon refuge pour rentrer à Dakar. En cours de route, j’ai été appréhendé par la gendarmerie», dit-elle. Toutefois Korka a signalé bien connaître Penda qui elle-même venait souvent lui rendre visite à Dakar. Des déclarations que l’a Cour n’a pas pu vérifier car Penda n’avait pas comparu parce qu’étant retournée en Guinée. L’avocat général a requis une peine de 8 ans de travaux forcés.

La défense demande la disqualification des faits

Pour Me Ahyi, sa cliente a été tout simplement utilisée, prise au piège par deux personnes mal intentionnées. C’est Penda Dieng et Souleymane Diallo qui ont tout orchestré. Il se demande si ce ne sont pas ces derniers qui se sont débarrassés de l’enfant pour étouffer l’affaire d’adultère qui a débouché sur la grossesse de Penda. Selon lui, cette affaire est truffée d’incohérences, de flous et d’ambiguïtés. Une véritable énigme judiciaire, précise-t-il.Me Ahyi se demande comment peut-on, avec l’absence de scène de crime et de corps, parler de meurtre. C’est pourquoi il a demandé à la Cour de «ne pas condamner l’innocente Korka». Après délibération, la Cour a condamné Korka à 3 ans. Une peine qu’elle a déjà purgée pour avoir fait 5 ans de détention préventive.


À voir aussi

Mort de Fallou Sène: Me Assane Dioma avocat de la famille

Les parents de feu Fallou Sène, tué par balle lors des affrontements entre forces de …

Revue de presse des journaux du samedi 19 mai

Les journaux parus ce samedi reviennent sur la crise qui secoue les universités publiques suite …