ASSOCIATION DE MALFAITEURS ET DESTRUCTION DE BIENS APPARTENANT À AUTRUI Les 22 régies publicitaires réclament 700 millions F Cfa à Barthélémy Diaz

 L’affaire Barthélémy Diaz et les 22 régies publicitaires a été jugée, hier, devant le Tribunal correctionnel de Dakar. En effet, le Maire de Sicap-Mermoz-Sacré-Cœur est poursuivi pour association de malfaiteurs, destruction de biens appartenant à autrui et vol. Les plaignants réclament 700 millions F Cfa à Diaz-fils. L’affaire est mise en délibéré pour jugement devant être rendu le 17 mars prochain.

Le Maire de la Commune de Sicap-Mermoz-Sacré-Cœur, Barthélémy Diaz a raté, hier, le passage du Premier ministre et son Gouvernement à l’Assemblée nationale. Il répondait à l’appel du juge correctionnel pour association de malfaiteurs, destruction de biens appartenant à autrui et vol. Il faut dire que c’est une association composée de 22 régies publicitaires qui ont attrait, hier, Diaz-fils devant dame justice. Face au juge, Barthélémy Diaz a reconnu avoir donné des instructions à ses agents pour détruire des panneaux publicitaires. En donnant ces instructions, le Maire estime qu’il est en phase avec la loi dans la mesure où il a donné des sommations aux différents propriétaires des panneaux. «  Si j’ai enlevé les panneaux publicitaires, c’est parce que leurs propriétaires avaient refusé de payer les taxes. Ils refusaient  de payer le droit qui a été fixé par le Conseil municipal et approuvé par le représentant de l’État du Sénégal qui est le Préfet de Dakar. Pour Bougane Guèye Dany, il avait implanté, illégalement, plus de 100 panneaux dans la Commune de Sicap-Mermoz-Sacré-Cœur », déclare-t-il.

Par ailleurs, le Maire a révélé que, pendant qu’ils crient sous tous les toits, les plaignants sont revenus par la petite porte pour négocier.  « Ils ont reconnu que les anciens taux étaient dérisoires avant de proposer de nouveaux taux avec une hausse de 80%. Nous sommes en train de négocier pour harmoniser les taux au niveau de la Commune de Dakar. Ils ont changé les noms de leurs entités mais ils n’ont pas changé d’adresse sociale », indique-t-il.

Le Procureur a requis l’application de la loi

Pour leur part, les parties civiles ont réclamé la somme de 700 millions F Cfa pour toute cause et préjudice confondus. « Nous sommes dans un État de droit. Nul n’est au-dessus de la loi. On ne donne pas aux Collectivités locales des pouvoirs pour faire jouer l’arbitraire. La décision de Barthélémy n’a aucun fondement juridique, il s’agit d’un abus de pouvoir », soutient la robe noire. Invité à faire son réquisitoire dans cette affaire, le représentant du parquet a requis l’application de la loi. Il faut dire que les avocats de la défense ont rejeté en bloc les plaidoiries des parties civiles. À en croire la défense, les régies publicitaires sont de véritables délinquants financiers qui étaient en train de se sucrer sur le dos des citoyens sénégalais. « Ces régies publicitaires ont installé dans la capitale sénégalaise une anarchie totale avec de fausses déclarations sur les recettes fiscales. Ils se font des centaines de millions sur le dos des Sénégalais », clame Me Demba Ciré Bathily. Selon lui, les autorisations dont avaient bénéficié ces régies de 2004 à 2013 sont caduques. C’est compte tenu de toutes ces observations que la défense a plaidé pour le renvoi des fins de poursuite sans peine ni dépens. Toutefois, l’affaire a été mise en délibéré pour jugement devant être rendu le 17 mars prochain.

Cheikh Moussa SARR

Numéros Utiles

Indicatif Sénégal (de l’étranger) :

221

Renseignements :

12 12

Horloge parlante :

15

Aéroport :

33 869 50 50 / 33 628 10 10

Sénélec (dépannage) :

33 867 31 00

Sénélec (délestage BCC) :

33 839 94 35

SDE (dépannage) :

800 11 11

Sonatel (dérangement) :

13

Hotline Orange :

41 41

Commissariat Central :

33 823 25 29 / 33 823 71 49

Gendarmerie num vert :

800 20 20

SOS MEDECINS :

33 889 15 15

SUMA ASSITANCE :

33 824 24 18 / 33 824 60 30

POMPIERS :

33 823 03 50

Centre anti poison :

818 00 15 15